26.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Élections locales du 27 novembre / Charfi : « il n’y a pas de retard dans la validation des listes»

« Je tiens à démentir catégoriquement tout retard dans la validation des listes des candidats pour les élections de renouvellement des assemblées communales et de wilayas, prévues le 27 novembre », a déclaré le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi.

Par: Thinhinene Khouchi

Lors d’une conférence de presse animée à l’issue de son audience avec l’ambassadeur du Venezuela à Alger , le président de l’Autorité nationale indépendante des élections, Mohamed Charfi a tenu à éclaircir certains points notamment « un certain retard  dans la validation des listes des candidats » . Il a indiqué à ce sujet qu’«  aucun retard n’a  eu lieu », assurant que « Nous sommes d’ailleurs à la phase de préparation des bulletins de vote ». Charfi a souligné  que « certaines wilayas ont commencé à réceptionner les bulletins de vote ». Et d’ajouter  que « L’ANIE respecte et applique la loi en sa qualité d’institution constitutionnelle. Ses coordinations ne peuvent agir en dehors du cadre de la loi ». Après avoir précisé que « certaines listes ont enregistré un seul recours soumis par un candidat dont le dossier a été rejeté », Charfi a souligné que le Conseil d’Etat « a tranché et le concerné a le droit de se représenter. Et c’est ce qui s’est passé », précisant que certaines listes « ont refusé de désigner des remplaçants aux noms dont les dossiers de candidature ont été rejetés ». Charfi a fait état de « 37 dossiers soumis au Conseil d’Etat, dont un dossier réexaminé par l’ANIE, les autres dossiers réexaminés étant ceux des candidats non validés par l’ANIE, en vertu de ses prérogatives ». « Dès la publication de la décision du Conseil d’Etat concernant la réintégration de ces candidats dans l’opération électorale, l’ANIE procèdera à la révision de leurs listes », a-t-il assuré. Selon le même intervenant, les coordinations de wilayas œuvrent à l’application de la loi, ajoutant que le candidat a le droit de saisir letribunal administratif en cas d’ « injustice ». Insistant sur l’impératif de rompre avec les anciennes pratiques, le même responsable a fait savoir que le peuple algérien aspire aujourd’hui à une nouvelle Gouvernance qui mène à un nouveau mode de gestion.En outre , commentant la première semaine de la campagne électorale locales du 27 novembre , Charfi a  affirmé que « en dépit de quelques dépassements mineurs signalés(3 ou 4 cas) qui ont été vite rattrapés, en adressant des observations aux responsables des listes électorales pour éviter que ce genre de cas ne se reproduise, le bilan de cette première semaine est positif ».  Il a indiqué qu’« Il n’y a pas de campagne électorale sans dépassements ou écarts aux règles électorales. Et nous avons enregistré quelques infractions mineures, concernant le non-respect du protocole sanitaire pour faire face à l’épidémie Coronavirus, et d’autres concernant les règles de bonne conduite avec les représentants des médias lors de l’accomplissement de leurs missions pour assurer la couverture des différents meetings et les activités organisées dans le cadre des programmes de la campagne électorale ». Le même responsable a révélé que la première semaine de cette campagne a connu et « pour la première fois, l’installation de dizaines de centres de retransmission directe, dont quatre centres régionaux de meetings pour les animateurs de campagne. Ainsi, leurs activités sont retransmises directement à la salle d’un comité relevant de l’ANIE, chargé de contrôler le contenu des discours pour s’assurer qu’ils ne contiennent pas de slogans haineux », a-t-il expliqué, soulignant que « l’ANIE veille à ce que les candidats n’utilisent pas des expressions qui prônent la haine et la division ».

T.K

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img