19.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

Elections locales: Dernières retouches avant la campagne électorale

Les élections locales approchent et les préparatifs vont bon train au sein des partis et autres listes indépendantes. Après la déconvenue des candidatures rejetées par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) et la course à leur remplacement, place désormais aux derniers réglages avant le début de la campagne électorale qui intervient le 4 novembre prochain. Certes, les partis et les indépendants, contrairement aux échéances électorales précédentes, ne sont pas trop visibles aussi bien sur la Toile que dans les médias. Mais du travail est en train de se faire en direction des candidats pour qu’ils soient prêts le jour J. L’enjeu de la participation s’est à nouveau posé et les candidats sont appelés à se montrer persuasifs pour convaincre de l’utilité de se rendre à l’urne le 27 novembre prochain. Sur les quelques posts Facebook de candidats, de futurs élus ont bien souligné la nécessité de voter pour aller vers le «changement» tant souhaité. Les retombées directes sur le quotidien du citoyen du profil des responsables des futures Assemblées fait dire à de nombreux observateurs que la participation aux élections locales et de wilaya sera beaucoup plus importantes que les précédentes. Mais que vont dire ces candidats pour convaincre les populations ? Compte tenu de la situation économique et financière que traverse le pays, promettre monts et merveilles n’est certainement pas la bonne méthode. Pis, les citoyens ont appris à ne plus croire toutes les promesses électorales généreusement débitées par les prétendants au poste de maire. Avec des candidats à majorité jeune et universitaires, l’on pourrait voir un nouveau discours, plutôt réaliste et ciblé, supplanter les engagements populistes et électoralistes adoptés par les élus lors de précédentes élections locales. Malgré la non participation de quelques partis, dont certains pour incapacité à former des listes, force toutefois est de relever que le nombre de candidats demeure assez important. Selon Mohamed Charfi, président de l’Anie, le nombre de candidats aux élections des Assemblées communales (APC) s’élève à 135 000 candidats, soit 4 candidats pour un siège, tandis que le nombre des candidats aux élections des Assemblées de wilaya (APW) est de 18 000 candidats, soit 8 candidats pour un siège. Si une bonne partie des partis en lice s’en sont pris à l’Autorité des élections lui reprochant leurs déboires suite au rejet de centaines de candidatures, cela pourrait toutefois constituer un indicateur et un argument de plus quant à la droiture et propreté des candidats. Après l’étude de leurs dossiers, l’on pouvait du moins être sûr que ces derniers n’ont rien à voir avec l’argent sale et la chkara et ont une réputation acceptable auprès de la population. Mercredi dernier, Mohamed Charfi a fait savoir que toutes les données nécessaires seront présentées dimanche (aujourd’hui) après l’expiration des délais de recours et l’annonce des résultats du Conseil de l’Etat sur les contentieux déposés à son niveau. Ainsi, les différentes listes seront définitivement arrêtées en prévision d’une élection locale ouverte sur toutes les surprises, dans un échiquier politique en continuelle reconfiguration.

Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img