17.9 C
Alger
vendredi 18 juin 2021

Elections législatives / Jour J : c’est à l’urne de trancher

Plus de 24 millions d’électeurs sont appelés à choisir, aujourd’hui, leurs représentants à l’Assemblée populaire nationale (APN). Les candidats à la prochaine législature seront en course pour départager les 407 sièges de la chambre basse du Parlement. 28 partis politiques sont en lice avec 646 listes (10 468 candidats), un nombre pour la première fois inférieur à celui des indépendants présents avec 837 listes (12 086 candidats). Cette tendance inédite dénote, selon des observateurs, la volonté de la société civile de jouer un rôle plus actif au sein des institutions. Les mesures prises par les autorités publiques ont surtout encouragé de jeunes candidats à tenter l’aventure. Les chiffres fournis par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) font état de plus de 13 000 jeunes candidats à ces élections, alors que le nombre de femmes est de 8 305. Le nombre de candidats disposant du niveau universitaire est quant à lui de 19 942, soit 74 % de l’ensemble des candidats. Par ailleurs, le nombre d’électeurs inscrits à travers le territoire national est de 23 522 322, alors que le nombre d’électeurs inscrits à l’étranger est de 902 865. Le nombre de bureaux de vote est de 61 543, répartis sur 13 000 centres, apprend-on, alors que le nombre de bureaux de vote itinérants est de 139, tandis que celui à l’extérieur du pays est de 357. Pour cette neuvième législature, l’on dénombre 58 circonscriptions électorales (contre 48 auparavant), après la promotion, en début d’année, de dix circonscriptions administratives en nouvelles wilayas, en plus des 4 zones pour le vote de la communauté algérienne établie à l’étranger. Ces élections législatives ont cette spécificité d’être organisées dans le cadre de nouvelles dispositions légales. La loi organique relative au régime électoral, modifiée et complétée, instaure un nouveau mode de scrutin : le scrutin de liste ouverte à la proportionnelle avec vote préférentiel sans panachage, qui donne lieu à une répartition des sièges proportionnelle au nombre de voix obtenues par chaque liste avec application de la règle du plus fort reste. Autrement dit, ce sont les électeurs qui choisiront les candidats, contrairement au scrutin à liste bloquée ou liste fermée dans lequel les électeurs ne peuvent pas modifier la composition et l’ordre des candidats sur une liste. La loi organique relative au régime électoral se distingue, par ailleurs et contrairement aux précédentes, par la limitation des mandats parlementaires à deux et «encourage la participation des jeunes à la vie politique». Elle entend, en outre, «réhabiliter le mérite et surtout éloigner l’argent de toute influence sur le libre choix des électeurs». En attendant le verdict de l’urne, cette joute électorale risque de changer la carte politique nationale et surtout réserver des surprises. Contrairement aux élections passées, ces législatives donnent aux candidats les mêmes chances d’accéder à la députation.
Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img