11.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Elections législatives: Des partis politiques se préparent activement

De nombreux partis politiques se préparent activement en prévision des élections législatives du 12 juin prochain. Le poids des formations en lice ne devrait pas trop peser à l’occasion de la prochaine échéance. Cela d’autant qu’à la place des quotas et de la chkara, les candidats sont censés désormais compter davantage sur leurs compétences et leur base populaire. Les partis classiques auront aussi à faire face à des personnalités issues de la sociétés civile et des listes indépendantes, qui ont toutes les chances de damer le pion à certaines figures de la scène politique nationale. D’où le grand défi qui attend les partis politiques et nécessite une préparation sérieuse et des candidatures de qualité. Hier, le président du mouvement El Islah, Filali Ghouini, évoquant les élections législatives prochaines, a déclaré : «En tant que parti, nous souhaitons une opération électorale à même d’aboutir à une Assemblée populaire nationale de large représentation et de forte crédibilité, qui soit soutenue par une base populaire solide, ce qui consolidera le front interne pour faire face aux complots ourdis contre l’Algérie». De son coté, le Mouvement El Bina s’est dit, avant-hier, «disposé» à participer aux élections législatives prévues le 12 juin prochain, appelant à assurer «les garanties» de transparence et de régularité électorale en tant que gage pour rétablir la confiance des électeurs. Le FLN, quant à lui, semble se préparer sérieusement, malgré la crise interne qu’il connaît et qui n’est pas pour lui faciliter la tâche. En ce début de semaine, son secrétaire général, Abou Al Fadhl Baadji, a indiqué que «le peuple sera le seul arbitre» aux prochaines législatives. La première force politique au dernier mandat de l’APN, qui risque gros aux prochaines élections, a exprimé la «confiance» de son parti en l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Le RND, lui, a procédé dimanche dernier à l’installation de la Commission nationale chargée de préparer la participation du parti aux législatives du 12 juin. Son SG, Tayeb Zitouni, avait indiqué que «la prochaine échéance électorale intervient dans un nouveau processus et tournant démocratique». Les prochaines législatives, a-t-il expliqué, ne sont pas perçues par sa formation politique «en termes de majorité de sièges au Parlement, mais en tant qu’étape décisive dans l’histoire de l’Algérie». S’exprimant samedi dernier depuis la wilaya d’El Oued, le président du MSP, Abderrazak Mokri, a estimé que «l’annonce du rendez-vous de la prochaine échéance électorale est une décision stratégique sage». Pour sa part, la présidente du parti Tajamoue Amel El Jazair (TAJ), Fatima-Zohra Zerouati, a appelé la femme algérienne «à une participation politique massive pour opérer le changement et contribuer à l’édification de l’Algérie nouvelle où justice, égalité et principes de la démocratie sont consacrés». Bien d’autres partis se préparent activement pour la prochaine échéance électorale qui suscite l’intérêt de la majorité des acteurs de la scène politique nationale.
Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img