5.9 C
Alger
dimanche 27 novembre 2022

Elections législatives: Ces «petits» partis qui voient grand…

Des partis politiques et leurs leaders nourrissent l’ambition de mettre à profit la conjoncture actuelle pour arracher le maximum de sièges à la future Assemblée populaire nationale (APN). Le FLN et le RND étant affaiblis, les partis démocrates (FFS, RCD et PT) absents, d’autres formations veulent occuper le terrain et s’ériger en véritables poids lourds à la chambre basse du Parlement. Le président du Front El-Moustakbel, Abdelaziz Belaid, s’exprimant à l’occasion de l’ouverture de la permanence de son parti dans la ville de Bordj Bou-Arréridj en présence de ses militants, a déclaré : «Nous avons une grande confiance dans les électeurs pour choisir les listes du parti El Moustakbel et ses représentants, lesquels sont crédibles, tout comme nous avons aussi un ambitieux programme pour le pays». Selon lui, le boycott des élections par certains partis constitue «un droit politique, à condition de ne pas l’imposer à ceux désirant aller aux urnes». De son côté, le président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN), Djamel Benabdeslam, a annoncé, samedi, lors d’une conférence de presse à Alger, avoir réussi à collecter plus de 40 000 signatures dans 46 wilayas, en prévision des élections législatives du 12 juin prochain. Ce chiffre pourrait «atteindre 60 000 signatures dans 50 wilayas» a-t-il ajouté. Qualifiant ce nombre de «véritable réalisation», le président du FAN a indiqué que le parti comptait participer aux prochaines élections dans 58 wilayas, en sus des 8 sièges dédiés à la diaspora. Le même jour depuis Tipasa, Ben Abdessalem a prévu un taux de participation aux législatives du 12 juin prochain «meilleur» que celui enregistré lors du référendum sur l’amendement constitutionnel de novembre 2020. Il par ailleurs, exprimé des «craintes» à l’égard d’«une atteinte contre les équilibres de l’activité politique en Algérie», à travers «l’encouragement excessif», selon son expression, «de la société civile à l’exercice politique, et à en faire une alternative aux partis politiques». De son côté, le président du mouvement El Bina El-Watani, Abdelkader Bengrina, qui enchaîne les meetings ces derniers jours, a appelé samedi depuis Bouira à rassembler toutes les parties, dont les partis politiques, la presse, les syndicats, la société civile et les associations pour «réussir le pari et sortir le pays de l’impasse actuelle». «Nous allons participer avec force aux élections législatives du 12 juin prochain avec une armada d’experts, d’enseignants universitaires, capables d’honorer nos engagements et promesses tenus avec le peuple», a-t-il souligné. Sofiane Djilali, président de Jil Jadid, s’exprimant hier lors d’une conférence de presse, a annoncé, quant à lui, la participation de sa formation politique aux législatives du 12 juin. Il a indiqué qu’au plan technique il promet que son parti ne ménagera aucun effort pour la réussite du rendez-vous électoral pour lequel Jil Djadid s’attelle déjà à la collecte de signatures qui sont actuellement au nombre de 30 000 dans pas moins de 30 wilayas.
Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img