32.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

El Kantara à Biskra: Une source d’inspiration pour plusieurs générations

La ville de Biskra a enregistré le passage de plusieurs artistes. Tous ont été marqués par la beauté de la nature dans cette région, la générosité de la population et la richesse du patrimoine culturel.

Par Abla Selles

Des touristes des quatre coins du monde, des écrivains, des plasticiens et des musiciens ont visité cette région et ont été très affectés par la beauté et la splendeur de sa nature. A mi-chemin entre la chaîne des Aurès et les oasis généreuses du royaume des Zibans, El Kantara constitue un lien inaliénable entre le nord et le sud du pays. Emerveillé par la beauté d’El Kantara, l’écrivain et artiste peintre français Eugène Samuel Auguste Fromentin (1820-1876) avait écrit en 1853 : «Cette subite apparition de l’Orient par la porte d’or d’El Kantara m’a laissé pour toujours un souvenir qui tient du merveilleux». Quant à André Gide (1869-1951), il a dit de ces lieux : «Je suis venu, le printemps a paru dans les branches, nous nous promenons et nous n’avons plus de pensée».
Décrivant son voyage à travers le royaume des Zibans, le célèbre écrivain français, Guy De Maupassant, avait écrit : «C’est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité pour pénétrer dans une autre réalité inexplorée qui semble un rêve».
Le chercheur algérien Omar Kebbour précise dans son étude sur «Les sites historiques et archéologiques de la région d’El Kantara» que ce beau lieu semble avoir toujours été un point de jonction entre le nord et le sud de l’Algérie, Sous l’occupation française, El Kantara était désignée «village rouge», traduit par Dechra El Hamra, le rouge étant la couleur de sa terre et de ses maisons, relève le chercheur. Si les écrivains racontaient la beauté d’El Kantara par les paroles, les plasticiens étaient plus clairs et précis dans leurs témoignages et ce lieu est devenu une vraie source d’inspiration pour mettre au monde des œuvres artistiques très remarquables. On peut citer, dans ce sens, les artistes peintres Eugène Samuel Auguste Fromentin et Eugène Alexis Girardet. D’ailleurs, la découverte d’El Kantara est à l’origine du changement de sa technique de travail et l’éclaircissement de la palette d’Alexis Girardet, selon les critiques d’art. Il a même un grand nombre d’œuvres d’art sur cette région. Ces dernières représentent les coutumes et la vie locales. Les travaux quotidiens, les villageois, les caravanes, la prière du soir et les paysages du désert étaient les sources d’inspiration pour cet artiste. Il faut savoir qu’Alexis Girardet était très influencé par la lumière et l’atmosphère de l’Orient.
En parlant des artistes peintres qui ont été très influencés par la beauté d’El Kantara, on ne peut pas oublier les artistes algériens contemporains qui font découvrir cette région aux autres peuples à travers des expositions et des œuvres d’art. On cite, dans ce sens, les artistes Rachid Talbi, Hocine Ziani, Adel Djessas, Houssem Laala et beaucoup d’autres. Il est à noter qu’El Kantara ne marque pas les esprits avec sa beauté naturelle seulement mais aussi par son artisanat considéré comme un autre trésor des Zibans. Il s’agit d’un autre créneau d’activité où l’on trouve différentes spécialités artisanales dont le tissage, la poterie, la céramique et sculpture sur bois de palmier.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img