19.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

Efficacité énergétique: L’APRUE réalise des résultats «encourageants»

L’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE) a réalisé des «résultats encourageants» dans des projets qu’elle avait lancés durant le 1er semestre 2022 visant la maîtrise de l’énergie, indique un communiqué de l’agence. L’APRUE, qui a mis en œuvre, pour le compte du ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, le Programme national pluriannuel de maîtrise d’énergie (PNME), a engagé, durant le premier semestre 2022, un ensemble de projets favorisant la maîtrise de l’énergie, précise le communiqué, qualifiant les premiers résultats d’«encourageants». Les projets lancés par l’APRUE, s’inscrivent dans le cadre d’une dynamique qui soutient le développement d’une économie efficace en énergie, notamment dans les secteurs énergivores du bâtiment, des transports et de l’industrie, tout en préservant la compétitivité et le développement du secteur industriel. Ainsi, pour le secteur des Transports, une approche graduelle, spécifique au contexte algérien, a été adoptée. Elle consiste, dans une phase intermédiaire, à encourager la substitution inter-énergétique, telle que l’utilisation de carburants moins polluants et disponibles, à l’instar du GPLc, selon le même texte. A cet effet, annonce-t-on, durant les premiers mois de 2022, l’APRUE, dans le cadre du PNME, a déjà permis la conversion de 41 200 véhicules thermiques (à essence) au GPLc sur les 50 000 prévus, à travers les ateliers de 549 installateurs, sélectionnés par l’Agence, après un appel à manifestation d’intérêt national. Ces installateurs sont répartis sur 52 wilayas, créant ainsi 1 700 emplois directs, indique le communiqué, ajoutant que 50 % des coûts d’installation sont supportés par l’Etat, pour un montant total d’aide, attribuée à l’opération, de 1,75 milliard de DA. Un second projet de
100 000 conversions a d’ores et déjà été lancé et devra être finalisé d’ici la fin de l’année 2022, à travers 573 installateurs et pour un montant d’aide de 2,8 milliards de DA, note la même source, soulignant que ces conversions permettront d’économiser 225 millions de litres d’essence annuellement et d’éviter une émission directe de plus de 500 000 tonnes de CO2. En parallèle à la substitution inter-énergétique, le PNME intègre la promotion et le développement des transports propres et durables, rappelle l’APRUE. Ainsi, l’Agence a réalisé une première étude détaillée sur l’impact du transport électrique sur la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre. Cette étude a permis de faire un état des lieux du transport électrique (individuel et collectif) dans le monde et en Algérie, de mettre en lumière les impacts énergétiques et environnementaux, ainsi que les perspectives du développement de la mobilité électrique en Algérie, indique le communiqué, ajoutant que les premiers projets du PNME de promotion de la mobilité électrique sont programmés dès 2023. Pour le secteur du bâtiment, le PNME 2022 a ciblé le développement de l’isolation thermique de logements existants, la promotion de l’utilisation des chauffe-eaux solaires et la généralisation de l’éclairage efficace intérieur et extérieur (éclairage public). A cet effet, relève-t-on dans le même texte, durant ce premier semestre 2022, l’APRUE a mis en œuvre plusieurs conventions d’application, signées entre le ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables et les secteurs concernés et intéressés. Les engagements, en cours d’exécution, concernent l’installation de 25 350 luminaires efficace d’éclairage public dans les wilayas d’In Salah, Batna, Bouira et El M’Ghaier, l’installation de 120 chauffe-eaux solaires dans les wilayas de Batna et Bouira et 880 chauffe-eaux solaires dans les mosquées et les écoles coraniques, pour le compte du ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, ainsi que le lancement de l’isolation thermique de 1 000 logements existants, de particuliers intéressés et éligibles, précise-t-on. Pour ces projets, l’APRUE a présélectionné les installateurs qualifiés de chauffe-eaux solaires et pour l’isolation thermique. En outre, l’APRUE a lancé un appel d’offres pour l’acquisition de 3 millions de lampes LED normalisées d’éclairage intérieur, auprès des fabricants nationaux, pour les mettre à la disposition des particuliers, avec une contribution de l’Etat à hauteur de 50 % du prix de vente, informe le communiqué. Par ailleurs, plusieurs opérations d’audit énergétique, d’infrastructures «type», ont été engagées par l’APRUE auprès de certains secteurs, tels que la Santé (hôpitaux) et les Affaires religieuses (mosquées) afin d’évaluer le potentiel national d’économie d’énergie de ces secteurs. Pour le secteur de l’Industrie, l’APRUE a mis en place deux dispositifs techniques, méthodologiques et financiers destinés aux industriels : l’aide à la décision et l’aide à l’investissement, selon le communiqué. Le premier consiste à accompagner les entreprises industrielles pour la réalisation d’études de faisabilité pour des actions d’amélioration de l’efficacité énergétique des installations industrielles, indique-t-on, ajoutant que le second dispositif consiste à cofinancer, à travers le fonds dédié de l’Etat, les projets d’investissement contribuant à améliorer et à optimiser les process visant à réduire la consommation énergétique, En 2022, 16 industriels ont été retenus dans le cadre de ce programme, selon le même texte. Un bilan national détaillé sur la consommation énergétique finale, nationale et par secteur d’activité, et une analyse de la tendance des indicateurs d’efficacité énergétique, seront prochainement publiés par l’APRUE, souligne le document, rappelant que l’Algérie, en misant sur le potentiel énorme de l’efficacité énergétique, vise une réduction d’au moins 10 % de sa consommation d’énergie finale, d’ici à 2030, par rapport à l’année de référence 2020.
Amar Gh.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img