10.9 C
Alger
mercredi 30 novembre 2022

Education nationale à Béjaïa: Des carences enregistrées dans plusieurs établissements scolaires

Plusieurs établissements scolaires des trois cycles de l’éducation nationale sont confrontés à de multiples carences à travers la wilaya de Béjaïa. C’est le cas de la nouvelle école primaire de Sidi-Ali Labher qui est confrontée à des insuffisances qui ne sont pas sans provoquer l’ire des parents d’élèves. Cette école fait face au manque d’hygiène à tous les niveaux. Une situation due à l’absence d’eau potable, d’employés et d’agents de nettoyage, sans compter d’autres problèmes liés à la surcharge des classes. Une commission mixte, composée de responsables de la Direction de l’éducation et de l’APC de Béjaïa, a été dépêchée sur les lieux afin de faire le constat des carences soulevées par les parents d’élèves et le personnel de l’établissement et trouver des réponses rapides afin de permettre aux élèves d’évoluer dans de bonnes conditions. Un adjoint au maire chargé de l’éducation, en l’occurrence, H’manou H’mitri, a fait savoir avant-hier sur Radio Soummam que «l’APC est au courant de ce problème, mais le blocage des recrutements par la Fonction publique depuis 2015 a fait que les deux agents travaillant dans cette école et ayant pris leur retraite n’ont pas été replacés». Selon le même responsable, «un déficit de 32 postes est enregistré depuis 2015 au niveau des 24 cantines scolaires des écoles primaires de la commune de Béjaïa». Et de rassurer que «ces problèmes seront pris en charge de manière progressive». Au Lycée Stambouli de Sidi-Ahmed, les élèves et les enseignants sont en grève à cause de la dégradation des escaliers menant aux étages supérieurs de l’établissement. Le personnel pédagogique et les élèves réclament la pose d’un escalier de secours afin de reprendre leurs activités. A Tirdhem et Souk El-Djemaâ, les parents d’élèves réclament un transport scolaire en faveur de leurs enfants scolarisés dans les CEM de la commune de Béni K’sila et le lycée technique d’El-Kseur, après la suspension de l’internat de cet établissement. Les bus de transport scolaire des élèves de la commune ne dépasse pas le village Achelouf, ce qui pénalisent les élèves des autres établissements qui doivent se débrouiller pour poursuivre le parcours séparant ce hameau de ceux de leurs villages respectifs et leurs domiciles. Le nouveau maire de Toudja, récemment installé, a été saisi par les parents d’élèves. Il a assuré que «ce problème sera pris en charge dès l’installation de l’exécutif communal». Il dira sur les ondes de Radio Soummam : «Nous connaissons le problème qui est dû au manque du parc roulant de la commune».
H. Cherfa

Article récent

Le 30 Novembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img