16.9 C
Alger
dimanche 4 décembre 2022

Education: Les enseignants menacent de durcir leur grève

Le secteur de l’Education plonge dans un nouveau cycle de perturbations qui risque de perdurer et d’impacter négativement la scolarité des élèves. Hier, les cours n’ont pas été dispensés dans de nombreux établissements scolaires suite à la grève des enseignants des trois paliers à laquelle ont appelé des syndicats relevant de l’Intersyndicale de l’éducation, Unpef, Satef et CLA. Le taux de suivi de la grève était différent d’un établissement à un autre et d’une wilaya à une autre, croit-on savoir. Mais par cette action, les enseignants ont réussi à annoncer la couleur, laissant entendre que leur mouvement sera durci dans les prochains jours. La menace d’une «grève ouverte» a été brandie, dont la date sera annoncée prochainement. Pis encore, ces employés du secteur de l’Education semblent déterminer à aller jusqu’au bout. Le boycott des prochains examens n’étant d’ailleurs pas écarté, apprend-on. En procédant ainsi, les enseignants comptent forcer la main au ministre de l’Education et l’obliger à prendre en charge leurs revendications socioprofessionnelles, liées principalement aux salaires. Ce mouvement de protestation, entamé depuis deux semaines déjà, va crescendo et risque d’avoir de lourdes conséquences sur le déroulement de l’année scolaire. Cela d’autant qu’à l’origine de cette grogne étaient des enseignants avant que les syndicats ne décident de s’y joindre et l’encadrer. Outre le mouvement de grève, de nombreux employés du secteur de l’Education ont observé, hier, des sit-in devant les directions de l’éducation dans différentes wilayas du pays. Appelé «grève de la dignité», ce mouvement de protestation a été aussi l’occasion pour les personnels de l’éducation de critiquer la politique de leur tutelle, qui préfère la «dissuasion» à l’ouverture des portes du dialogue. Pour les grévistes, l’intérêt de l’élève ne peut être préservé sans la prise en charge des revendications des enseignants. Ces derniers, qui se plaignent de l’érosion de leur pouvoir d’achat, ont ainsi décidé de se mobiliser et de faire entendre leurs voix. Outre la question des salaires, les enseignants revendiquent l’augmentation au double du point indiciaire, la révision du dossier d’indemnisation, en plus du droit à la retraite proportionnelle et la retraite sans condition d’âge. Les enseignants réclament également la régularisation définitive des infractions financières en instance au niveau des wilayas, en plus de la réparation de la situation des corps touchés par le reclassement (les intendants, le personnel de l’orientation scolaire et professionnelle, les conseillers d’éducation, les employés des laboratoires, les assistants d’éducation et les conseillers en alimentation scolaire). Il est toutefois à préciser que la situation financière du pays n’est pas pour faciliter la prise en charge, dans l’immédiat, des revendications salariales exprimées. En attendant un éventuel dénouement de ce bras de fer, les parents d’élèves sont nombreux à exprimer leurs appréhensions et se disent contre la prise en otage de leur progéniture.
Aomar Fekrache

Article récent

Le 04 Decembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img