21.9 C
Alger
vendredi 24 mai 2024

Education à Béjaïa: Le Cnapeste dresse un constat sur le «statu quo»

Le conseil national des professeurs et enseignants secondaires et ternaires (Cnapeste) de la wilaya de Béjaïa dresse un constat sur le secteur de l’éducation dans la wilaya de Béjaïa à l’occasion de la rentrée scolaire. Le Cnapeste relève les difficultés et insuffisances auxquelles fait face la famille éducation dans son ensemble. Dans un communiqué qui nous a récemment été transmis, le syndicat, a fait savoir qu’il «alerté à la fin de l’année scolaire passée, sur les contraintes et autres difficultés auxquelles seront confrontés les établissements des trois paliers à la rentrée scolaire 2021/2022». Le Cnapeste a, «amèrement, constaté» que l’anticipation qui était attendu dans la préparation et l’entame de l’année scolaire dans des conditions acceptables, «n’a pas eu lieu». S’agissant du registre pédagogique, «le plan général mis en place présente», selon les auteurs du communiqué, «des défaillances multiples qui impacteront sérieusement sur cette nouvelle rentrée et sur la scolarité des élèves». Poursuivent l’exposé, ces deniers n’ont pas manqué de relever «l’insuffisance des moyens pédagogiques, le manque de salles de cours, le déficit en encadrement, la surcharges des volumes horaires et des effectifs, l’absence de formation et de suivi pédagogique au profit du personnel d’encadrement, contractualisation…etc». Au sujet de la violence dans le milieu scolaire, le syndicat autonome réitère son appel en vue de «la sécurisation des élèves, du personnel et des établissements par des mécanismes réglementaires». Abordant le volet administratif, les rédacteurs du document estiment que «les préoccupations des enseignants déjà exprimées à maintes reprises sont toujours en instance». Ces dernière son lies au plan de carrière de l’enseignant, différentes régularisations, promotions de grades, revalorisations diverses, des situations de cet important dossier demeurent toujours pendantes. Dans le registre financier, «un certain nombre de situations individuelles et collectives ne sont pas encore régularisées en dépit des engagements avancés pour leur prise en charge», relèvent-ils, faisant observer que «les délais ne sont pas respectés et des retards se sont accumulés dans la régularisation de ces situations». Au sujet, des infrastructures éducatives, celles-ci, ne sont pas encore réceptionnées et ne sont pas opérationnelles malgré les engagements des autorités à les mettre en service dès ce début de l’année. Pour le Cnapeste, «ce statu quo va, inévitablement, créer des désordres dont le secteur».
Hocine Cherfa

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img