25.9 C
Alger
vendredi 19 août 2022

Dr Bekkat Berkani : «II est inconcevable de voir un professionnel de santé qui ne soit pas vacciné»

La campagne de vaccination contre la Covid-19 en Algérie, lancée le 4 septembre dernier, continue de susciter des critiques de la part des professionnels de la santé, en raison de l’absence de la sensibilisation et de la communication autour de cette opération.
Le Dr Bekkat Berkani, président du Conseil de l’Ordre national des médecins, qui salue l’initiative en elle-même, critique surtout la communication faite autour de cette opération. «L’initiative de la campagne de vaccination est bonne, mais il faut s’assurer d’une organisation préalable», indique le Dr Bekkat Berkani, soulignant qu’ «Il faut une campagne de sensibilisation et de communication qui soit à la hauteur des enjeux». «Une campagne vaccinale se prépare comme une campagne militaire», estime-t-il. «Il y a déjà un problème dans la dénomination dans les affiches big day. Le 11 septembre est une date qui coïncide avec des attentats», regrette t-il.Le meilleur moyen pour réussir l’opération, selon le spécialiste, est de s’appuyer sur la société civile, et particulièrement sur les personnalités du monde sportif et l’influence des footballeurs de l’Equipe nationale, pour convaincre les Algériens d’adhérer à cette campagne de vaccination. Il faut aussi, selon lui, que les gens s’expriment dans des débats, sur les chaînes TV publique et privées, dans la presse, … Lancer une offensive médiatique sans précédent.
Les endroits de vaccination dédiés à la vaccination posent aussi problème, selon Berkani.
Pour lui, «il faut essayer de prévoir de vrais vaccinoriums. Il aurait été préférable d’en faire un grand central, à la Safex».
Concernant les premiers résultats de la campagne de vaccination contre la Covid-19, révélés par le ministère de la Santé, le Dr Bekkat Berkani déclare que «Le ministère a communiqué le chiffre d’un million de vaccinés en une semaine. J’en doute». Il fera remarquer qu’un trois-quart de la population ne croit pas à la vaccination. Pour lui, c’est cette tranche de la population qu’il «faut convaincre et persuader, voire persuader de force». «On ne peut pas risquer une quatrième vague. II est inconcevable de voir un professionnel de santé qui ne soit pas vacciné. Il est inconcevable de voir un fonctionnaire qui a affaire à des citoyens, qui ne soit pas vacciné», dira-t-il.
Invité de la rédaction de la Chaîne III, le spécialiste est revenu sur la question de l’homologation des vaccins chinois Sinovac et russe Sputnik V, par l’Union européenne, le spécialiste estime qu’il y a probablement une différence de traitement par rapport aux vaccins. «Le Sinovac est un excellent vaccin», assure- t-il et de préciser qu’ « il n’est pas reconnu par les autorités européennes, mais il est homologué par l’OMS. C’est une guerre politico-économique contre la Chine, voire contre la Russie».
En ce qui concerne les voyages, il suggère que l’Algérie devrait permettre à travers l’augmentation des lignes aériennes, d’augmenter le nombre de vols.
L’intervenant est revenu également sur le système de santé qui doit être revu, dira-t-il, afin de corriger certains dysfonctionnements. «La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût», estime-t-il, précisant qu’ «il faut absolument revoir nos structures, leurs fonctionnements, les buts et les budgets. Cela va nous permettre de dépenser utilement et de façon efficace pour essayer de faire valoir les programmes de prévention, parce que c’est ce qui nous donnera les fruits». «Quand vous faites de la prévention, il y aura automatiquement moins de malades et vous faites une économie qui est importante», explique-t-il.
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img