25.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Double meurtre commis à Feraoune/Béjaïa : Une marche silencieuse pour réclamer justice aux victimes

Plusieurs centaines de personnes ont participé, hier, à une marche silencieuse dans la commune de Feraoune.

Par H. Cherfa  

Cette action de protestation a été organisée par le collectif des habitants des villages de la commune, en soutien aux familles des deux victimes du meurtre abject commis le 9 mars dans le village Ichekaven, afin de réclamer justice et dénoncer les pratiques de sorcellerie suivies de violences à l’encontre de la petite Manel, âgée de 5 ans, et sa maman Rahima, 44 ans, assassinées chez elles en l’absence du mari, au cours d’une séance d’exorcisme pratiquée au domicile familial, dans le paisible village Ichekaven, commune de Feraoune. Une affaire qui a défrayé la chronique locale et jeté l’émoi et la consternation dans le village. La marche pacifique et silencieuse a débuté par une procession composée de femmes, organisée sous la coupe du collectif des femmes libres et indépendantes de Béjaïa qui ont organisé et participé à cette action pour dénoncer les féminicides et les pratiques de sorcellerie qui affectent nos villages. Le maire de Feraoune et les élus locaux étaient également présents aux côtés des citoyens, exprimant leur indéfectible solidarité à l’égard de la famille des victimes. La procession a sillonné les rues de la commune, exprimant sa répréhension par rapport à ces pratiques moyenâgeuses et ce fléau social. Les manifestants ont arboré une banderole blanche sur laquelle était écrit : «Non à l’exorcisme, nous nous indignons jusqu’à ce que justice soit faite». Des pancartes ont également été brandies par les manifestants, affirmant leur indignation et leur tristesse face à cet horrible et incompréhensible acte : «Je suis Manel», «Je suis Rahima», «Justice à Rahima et Manel», lit-on sur quelques-unes. Des femmes ont arboré une banderole sur laquelle était mentionné : «Justice au double meurtre de Manel et sa maman Rahima», «Stop aux rituels sectaires». Sur une autre banderole arborée par le collectif des femmes libres et indépendante de Béjaïa on pouvait lire aussi : «Stop aux féminicides», «Non à l’exorcisme et à la sorcellerie». Des portraits des deux victimes ont été brandis par les manifestants. A la fin de la manifestation, une minute de silence a été observée en hommage aux deux victimes. Dans une prise de parole, le mari et la fille aînée de la victime ont demandé que «justice soit faite», soulignant qu’ils «ne pardonneront pas à leurs bourreaux». Le mari et père des deux victimes a exprimé son incompréhension et sa tristesse face à cette tragédie commise en son absence et qu’il a découvert en rentrant chez lui. La fille aînée de la victime, rescapée de cette entreprise machiavélique, a demandé elle aussi justice à sa sœur et sa maman et que les auteurs de ce double meurtre soient jugés et sévèrement punis par la loi, tout en affirmant qu’«il n’est pas question de pardonner aux bourreaux de cet acte barbare». L’un des membres du collectif des habitants a condamné fermement ces crimes dans une déclaration lue à la foule, les qualifiant d’«impardonnables», tout en exigeant «l’application stricte de la loi» et appelant les autorités concernées à «communiquer sur cette affaire».
H. C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img