14.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Djilali Doumi, wali de Tizi Ouzou: Energie électrique et eau potable sont les préoccupations majeures de la wilaya

Le wali de Tizi Ouzou, Djilali Doumi, a souligné, hier, l’urgence de trouver des solutions aux deux préoccupations majeures de la wilaya, à savoir l’alimentation en énergie électrique et en eau potable.

Par Hamid Messir

Le wali a a précisé qu’aujourd’hui les capacités de la wilaya en production d’électricité suffisent pour alimenter les ménages et les entreprises en exploitation, d’où l’urgence de lever les contraintes à l’origine du «blocage des projets de réalisation de postes sources», au nombre de neuf, et de recourir au dessalement d’eau de mer pour une solution pérenne afin de rendre l’eau plus disponible. Djilali Doumi, qui était l’invité du Forum de Radio Tizi Ouzou, a tiré la sonnette d’alarme pour dégager des solutions à ces deux problématiques, invitant les élus et les populations à «s’inscrire dans cette perspective de rendre la wilaya de Tizi Ouzou plus attractive en investissement susceptible de générer de l’emploi et de créer des richesses». Il a, à ce propos, révélé que des logements nouvellement réalisés risquent «de ne pas être livrés faute d’alimentation en eau potable et en énergie électrique». Répondant à notre question sur le problème de prolifération des décharges sauvages à travers l’ensemble du territoire de la wilaya de Tizi Ouzou, Djilali Doumi a mis en avant « les oppositions de riverains à la réalisation de pas moins de quatre centres d’enfouissement technique», tout en reconnaissant que le travail de communication et de sensibilisation des populations sur ces réalisations semble «être mal fait», avant d’appeler les élus à l’accompagner à nouveau afin de lever toutes les contraintes et permettre de mettre en place ces structures nécessaires et indispensables pour la prise en charge des déchets ménagers. Abordant le volet du logement, le wali a fait état de milliers de logements de différents segments en souffrance depuis des années pour diverses raisons dont le problème du foncier qu’il a fallu délocaliser vers d’autres sites à travers la wilaya de Tiziouzou. Selon lui, il était urgent de les délocaliser, car dans le cas contraire «ces programmes ne verront jamais le jour pour plusieurs motifs, notamment leur coût de réalisation». S’agissant du retard dans la livraison du projet de la pénétrante à l’autoroute Est-ouest, Djilali Doumi a reconnu que celui-ci est confronté au manque de crédits de paiement et que sa livraison ne pourrait intervenir dans les meilleurs délais, précisant que son taux d’avancement ne dépasse pas les 60 %. Interrogé sur la crise au sein de la Jeunesse sportive de Kabylie, il a rappelé qu’il est difficile de dégager des solutions quand le capital de la société détentrice du club ne dépasse pas les 74 milliards de centimes, alors que ses dettes dépassent les 142 milliards de centimes et que son fonctionnement annuel nécessite la somme de pas moins de 42 à 50 milliards de centimes. Selon lui, une capacité financière qui n’est ni en mesure d’assurer le fonctionnement ni de faire face à l’endettement fait que le club est en paralysie totale.

H. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img