8 C
Alger
vendredi 4 décembre 2020

Djerad donne aujourd’hui à Batna le coup d’envoi: Une rentrée scolaire pas comme les autres

Après plusieurs mois de confinement, les élèves reprennent aujourd’hui le chemin de l’école. Une rentrée scolaire particulière qui intervient dans une conjoncture exceptionnelle liée à la pandémie de coronavirus. L’incertitude quant à l’évolution de l’épidémie, que personne ne maîtrise réellement, justifie la morosité qui accompagne cette rentrée des classes.

Par Louisa Ait Ramdane

Les enfants algériens, à l’image de leurs camarades dans le monde entier, doivent, après une rupture de 8 mois, retrouver leurs classes. Ainsi, plus de 5 millions d’élèves inscrits dans le cycle primaire rejoindront les bancs de l’école à travers l’ensemble du territoire national, répartis sur plus de 19 000 établissements éducatifs. Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, donnera le coup d’envoi officiel de l’année scolaire 2020-2021 à partir de la wilaya de Batna où il effectuera une visite de travail.
Les conditions de ce rendez-vous important pour des millions d’enfants sont particulières cette année, marquée par la pandémie qui bouscule tous les usages. Aujourd’hui, les priorités ont changé. L’urgence est de continuer à vivre en limitant la propagation du virus. Le souci de protéger la sécurité sanitaire des élèves et du corps éducatif est majeur et réel. De nouvelles règles sont imposées cette année pour éliminer le risque des contaminations. Il est surtout question du port du masque et du respect des gestes barrières.
Il faut dire que des appréhensions sont exprimées par les parents d’élèves et les syndicats de l’éducation, nourries par des craintes par rapport aux risques sanitaires. Ces derniers restent sceptiques quant à la capacité des établissement scolaires à faire face aux risques sanitaires. En effet, l’Organisation nationale des parents d’élèves (Onpe) a fait part de son «appréhension» quant aux conditions dans lesquelles va se dérouler la rentrée des classes. Son président a déclaré à la presse : «Je crains pour la santé des élèves, des enseignants et du personnel administratif car, justifie-t-il, l’épidémie pourra se propager en un laps de temps avec la reprise de six millions d’élèves cette semaine et des centaines de milliers de travailleurs du secteur». Les syndicats, quant à eux, pointent du doigt le déficit enregistré en matière d’infrastructures scolaires. Pour le Syndicat national autonome des professeurs d’enseignement primaire (Snapep), les écoles ne sont pas prêtes à recevoir les élèves à la prochaine rentrée. Si durant les années précédentes, les pouvoirs publics ne pouvaient pas mettre à la disposition des écoles les moyens nécessaires, chaises, tables, etc., avec la pandémie, la situation risque d’empirer, argumente-t-il. Même s’ils trouvent que la rupture pédagogique a trop duré, les syndicats restent tout de même craintifs des conditions de scolarité des élèves. Des syndicats comme le Fnte et l’Unpef défendent «le droit de l’élève à la scolarité» tout en préconisant aux autorités de prendre leurs responsabilités et à mettre en place les conditions matérielles, sanitaires et psychologiques adéquates pour assurer une reprise apaisante et saine. Pour sa part, le ministre de la Santé, qui a exprimé son aval pour la reprise des cours, invite parents et enseignants à ne pas écouter les rumeurs véhiculées sur les réseaux sociaux. Intervenant avant hier sur les ondes de la Radio nationale, il a assuré qu’un ensemble de mesures sanitaires ont été mises sur pied, à l’exemple de la distanciation entre les élèves, tout comme celle des tables, réservées, chacune, à un seul enfant. «Les responsables de l’Education, en collaboration avec les membres du Comité scientifique, ont mis en place un protocole sanitaire rigoureux qui permet de garantir la santé des élèves», a assuré le ministre.
Rassurant, le ministre de l’Éducation nationale, vante le protocole sanitaire mis en œuvre dans les établissements. Invité de la Radio nationale, Mohamed Oudjaout s’est longuement attardé sur la nécessité absolue de veiller au respect «strict» du protocole sanitaire et des mesures rigoureuses en vigueur. Il a même recommandé une prise en charge de l’aspect psychologique des élèves qui se fera par des conseillers d’orientation scolaire et professionnelle.
L. A. R.

Article récent

Foot/ Italie- transfert: Slimani dans le viseur de la Salernitana (Série B)

L'attaquant international algérien de Leicester City (Premier league anglaise) Islam Slimani, en manque de temps de jeu, est convoité par le pensionnaire de...
--Pub--

Articles de la catégorie

Messaoud Belambri, président du Syndicat des pharmaciens sonne l’alerte: «Médicaments : nous n’avons jamais atteint ce degré de pénurie»

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, pénuries et tensions dans l'approvisionnement de médicaments se font ressentir de plus en plus. Plus de...

843 nouveaux cas et 16 décès ces dernières 24H/Virus: reflux des contaminations, mais vigilance…

Le nombre des contaminations au coronavirus présente un recul palpable dans notre pays, grâce à la conjugaison de la conscience citoyenne et de la...

Opération “bouteilles contre flexy” à Oran: Plus de 11.000 bouteilles récoltées en 10 jours

L’opération "bouteilles contre flexy", qui consiste à offrir du crédit téléphonique aux citoyens qui ramènent des bouteilles en PET (plastique transparent), lancée par l’entreprise...

Réassurance: La CCR augmente son capital à 25 milliards DA

La Compagnie centrale de réassurance (CCR) vient d'augmenter son capital social, le portant de 22 milliards de DA (170,54 millions USD) à 25...
- Advertisement -