25.9 C
Alger
mardi 3 août 2021

Djaffar Gacem : L’Académie des Oscars accepte la participation du film «Héliopolis» sous conditions

L’Académie américaine des Oscars a accepté la participation du film long métrage algérien «Héliopolis» à la prochaine édition sous deux conditions, la diffusion de la production dans des salles de cinéma en Algérie et aux États-Unis, a indiqué, hier à Tizi Ouzou, son réalisateur, Djaffar Gacem.

Par Hamid Messir

Néanmoins, le film doit être validé par le Comité national de sélection, a-t-il rappelé, ajoutant que son œuvre a raté la précédente édition en raison de la pandémie de coronavirus, tout en confiant avoir refusé certaines des conditions posées par l’instance américaine des arts et des sciences du cinéma, comme la mise en ligne de son film sur des plateformes numériques. Djaffar Gacem a soutenu que «Héliopolis» a des chances dans cette participation, eu égard aux bons échos après son visionnage par une équipe de ladite Académie, à conditions de mener un lobbying aux USA avec le concours du gouvernement. Le réalisateur a déploré que le film ne soit projeté que dans une douzaine de wilayas parmi les 58 du pays, faute de salles de cinéma, bien que celui-ci intéresse le public algérien. Djaffar Gacem a souligné que «nous n’avons ni de cinéma, ni de salles de cinéma, ni de public du cinéma», avant de faire part de la volonté du département de tutelle de relancer l’activité avec la mise en place, récemment, d’une commission sous tutelle du ministère de la Culture. Selon lui, la relance du cinéma, qui agonise aujourd’hui, doit être l’affaire de tout le gouvernement et pas seulement du département de la Culture. Interrogé sur le choix porté sur cette bourgade de Guelma pour faire son premier long métrage, Gacem a souligné l’importance de faire connaître cette page sanglante de notre histoire sous l’occupant français, afin que les Algériennes et les Algériens, notamment les plus jeunes, apprennent des vérités qu’ils n’ont lues nulle part, ni sur des manuels scolaires ni ailleurs. Il a confié avoir appris, lors de ses recherches historiques pour les besoins de son film, que des milliers d’Algériens ont été incinérés aussi lors des évènements du 8 mai 1945, justement dans une minoterie d’un colon français à Héliopolis, en plus de milliers d’autres enterrés superficiellement à certains endroits. Gacem a précisé que le film n’est pas seulement une fiction, il est basé sur des vérités historiques.

H. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img