23.9 C
Alger
vendredi 1 juillet 2022

Dix ans après la révolution: Nuit d’émeutes dans plusieurs villes de Tunisie

Dans la nuit de samedi au dimanche, la Tunisie a vécu des scènes d’émeutes qui ressemblent fort à celles observées pendant la révolution de 2011, il y a tout juste 10 ans. Pillage de magasins, pneus brûlés, caillassage et affrontements avec les forces de l’ordre ont duré jusqu’au petit matin.

Par Meriem Benchaouia

Ces troubles nocturnes et actes de violences ont été enregistrés dans plusieurs villes, dont Tunis, Sousse et Kairouan, selon des sources sécuritaires tunisiennes. En plein couvre-feu, des jeunes ont provoqué des troubles en mettant le feu à des pneus, en fermant les routes, en lançant des pierres contre les forces de l’ordre et en s’attaquant et saccageant des magasins et commerces privés ou établissements publics, ont précisé les mêmes sources, citées par des médias locaux. Ainsi, des affrontements ont éclaté entre des jeunes des quartiers Ettadhamen et Al Intilaka, relevant respectivement des gouvernorats de l’Ariana et de Tunis, et les forces de l’ordre. Au cours de ces affrontements, les jeunes ont tenté de saccager un bureau de poste avant d’être dispersés. Quant au distributeur automatique de ce bureau, il a été détruit et pillé, selon les mêmes sources. Partout, les unités sécuritaires ont riposté en jetant des gaz lacrymogènes. Ces actions se sont passées simultanément aux gouvernorats de Tunis, Kairouan, Sousse, Monastir, Siliana et le Kef. Les heurts les plus sérieux se sont produits aux abords de Sousse, où la police a tiré des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser des centaines de jeunes manifestants qui bloquaient des routes en incendiant des pneus et pillaient des magasins. D’après les mêmes sources, les unités sécuritaires relevant du district de la Sûreté nationale à Kalaa Kebira, dans le gouvernorat de Sousse, ont réussi à mettre en échec un plan d’actes de vandalisme dans la région. Quinze jeunes hommes, dont des délinquants, ont été arrêtés et une dizaine de cocktails Molotov, des récipients de carburant ainsi que des armes blanches ont été saisis, rapportent les mêmes sources. Ces affrontements interviennent quelques heures après l’annonce par le Chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, d’un vaste remaniement de son gouvernement affectant douze ministères, notamment ceux de l’Intérieur, de la Justice et de la Santé. Ce nouveau gouvernement doit encore être approuvé par le Parlement. «L’objectif de ce remaniement est d’avoir davantage d’efficacité dans le travail du gouvernement», a déclaré Mechichi à la presse. Son directeur de cabinet, Walid Dhahbi, est proposé au ministère de l’Intérieur après le limogeage, début janvier, de l’ancien avocat Taoufik Charfeddine.
M. B.

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img