18.9 C
Alger
mercredi 29 juin 2022

Directives

C’est sans surprise que l’on observe jour après jour le sort des femmes afghanes se dégrader sous le nouveau régime des talibans installé à la tête de l’Afghanistan depuis trois mois maintenant. Non pas que leurs conditions de vie aient été radicalement différentes ces dernières années, mais les femmes des villes et de Kaboul surtout, pouvaient jouir de droits et de libertés qui leurs sont aujourd’hui arrachés. Surtout, les talibans semblent obsédés par la volonté de les effacer totalement de l’espace public et virtuel du pays. En effet, le ministère taliban de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice a appelé les télévisions afghanes à ne plus diffuser de séries montrant des femmes, dans le cadre de nouvelles «directives religieuses» diffusées dimanche. «Les télévisions doivent éviter de montrer des feuilletons et séries à l’eau de rose dans lesquels des femmes ont joué», indique un document du ministère à l’attention des médias. Il leur demande également de faire en sorte que les femmes journalistes portent «le voile islamique» à l’écran, sans préciser qu’il s’agit d’un simple foulard, déjà habituellement porté sur les télévisions afghanes, ou d’un voile plus couvrant. «Il ne s’agit pas de règles, mais de directives religieuses», a précisé le porte-parole du ministère, Hakif Mohajir. Les télévisions afghanes sont aussi appelées à éviter les programmes «opposés aux valeurs islamiques et afghanes» ainsi que ceux qui insultent la religion ou «montrent le prophète et ses compagnons». C’est la première fois que ce ministère tente de réguler la télévision afghane depuis la prise du pouvoir par les talibans à la mi-août. Durant leur premier règne, de 1996 à 2001, le ministère de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice, chargé de veiller au respect quotidien des «valeurs islamiques» de la population, était craint pour son fondamentalisme et les châtiments qu’il entraînait. Les talibans avaient interdit la télévision, le cinéma et toutes les formes de divertissement jugées immoraux. Les gens surpris en train de regarder la télévision étaient punis et leur équipement détruit, être en possession d’un magnétoscope était passible de flagellation publique. Pendant un temps, il était même possible de voir des téléviseurs pendus à des lampadaires. Doucement mais sûrement, ce climat-là semble être sur le point de redevenir d’actualité et toutes les libertés qu’ont pu expérimenter les Afghans, et surtout les Afghanes ces vingt dernières années vont définitivement tomber aux oubliettes.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img