21.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Direction générale de la Protection civile: «40 % des accidents surviennent en été»

«La DGPC a enregistré, durant l’été 2021, 42 000 interventions en matière d’accidents de la route, 20 000 en ce qui concerne les feux de forêt et 70 000 au niveau des plages. Ce qui est énorme», a indiqué, hier, le colonel Farouk Achour, directeur de l’information et des statistiques à la Direction générale de la Protection civile (DGPC).

Par Thinhinane Khouchi
Durant l’été, les accidents sont multiples. L’été de l’année dernière a été marqué par les feux de forêt qui ont engendré des pertes colossales. S’exprimant à ce propos, le colonel Farouk Achour, directeur de l’information et des statistiques à la Direction générale de la Protection civile, a indiqué, lors de son passage à la Radio nationale, que «40 % des accidents sont survenus durant la saison estivale 2021», précisant que «la DGPC a enregistré, durant l’été 2021, 42 000 intervenions en matière d’accidents de la route, 20 000 en ce qui concerne les feux de forêt et 70 000 au niveau des plages». L’invité de la Chaîne 3 a qualifié ce bilan d’«énorme», appelant, par la même occasion, les citoyens à être prudents. «Les accidents n’arrivent pas qu’aux autres ; il faut absolument être prudent», a exhorté le colonel Farouk Achour. Revenant sur les incendies de forêt survenus l’année passée, il a signalé que «sur les 100 000 ha de dégâts,
93 % de feux ont été enregistrés dans 10 wilayas du pays, à savoir Tizi-Ouzou, Bejaïa, Khenchla, Guelma, El Taref, Annaba, Jijel, Skikda, Ain-Defla et Bouira», ajoutant que les pertes étaient importantes. Pour parer à ces incendies cette année, la DGPC a élaboré un plan d’interventions urgentes, a souligné le responsable. «Le déploiement des moyens a été bien réfléchi cette année. Cela nous permettra de répondre le plus rapidement possible à n’importe quel appel d’incendie». Par ailleurs, évoquant le phénomène des noyades qui ne cesse de prendre de l’ampleur, notamment suite à l’enregistrement de plusieurs cas de décès depuis le lancement de la saison estivale, l’intervenant a fait savoir que «sur les 622 plages existantes, 427 sont autorisées à la baignade et 195 sont interdites». Malheureusement, devant la cherté des plages autorisées : parking,tables, chaises et parasols à louer obligatoirement, plusieurs familles optent pour ces côtes rocheuses, interdites à la baignade. A ce propos, le colonel Farouk Achour a appelé la population, notamment les jeunes, à ne pas fréquenter les plages interdites qui «sont majoritairement rocheuses, donc dangereuses», affirmant que «les jeunes qui s’y aventurent finissent malheureusement handicapés ou décèdent». «La Protection civile a enregistré, l’année passée, 84 décès causés par la noyade. Ce sont malheureusement des enfants entre 6 et 17 ans», a regretté le colonel Farouk Achour. Enchaînant dans le même ordre d’idées, il a affirmé que les noyades ne concernent pas uniquement les plages, mais aussi les plans d’eau. «Durant les dernières 24 heures, nous avons enregistré deux décès dans des retenues collinaires», a-t-il annoncé, lançant un appel de vigilance aux parents.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img