37.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

DGSN/Lynchage du jeune Djamel Bensmail à LNI : La lâcheté criminelle passe aux aveux

Les premiers éléments de l’enquête sur l’assassinat du jeune Djamel Bensmail à Larbaâ Nath Irathen (Tizi-Ouzou) ont été rendus public, hier, lors d’une conférence de presse.

Par Massi Salami

Le Directeur de la Police judiciaire à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), Mohamed Chakour a annoncé l’arrestation de 36 mis en cause dont 3 femmes, impliqués dans l’assassinat de Djamel Bensmail. Il a aussi indiqué que parmi ces individus arrêtés  » figure la personne qui a poignardé la victime et la femme qui appelait et incitait à brûler la dépouille « . « En application des instructions du Haut commandement, les éléments de la Sûreté qui transportaient la victime à bord du véhicule de police ont évité les tirs de sommation pour éviter tout dérapage », a-t-il expliqué, soulignant que  » les investigations se poursuivent pour arrêter toutes les personnes impliquées « . Bien d’autres détails sur ce lynchage qui a choqué le pays ont été révélés. L’homme qui a asséné des coups de couteau à la victime a été arrêté alors  » qu’il tentait de prendre la fuite vers le Maroc « . Le conférencier a tenu d’ailleurs à remercier la population qui a diffusé des vidéos ayant beaucoup aidé les enquêteurs. Evoquant les circonstances du drame, le responsable de police a indiqué que le jeune Djamel Bensmail, s’est réfugié auprès d’une patrouille de la police après avoir appris que des gens le soupçonnaient d’être l’un des pyromanes. Le Directeur de la Police judiciaire à la DGSN a expliqué que lors de son transfert vers la Sûreté de la daïra de Larbaâ Nath Irathen, une foule nombreuse s’est rassemblée sur les lieux et la police n’a rien pu faire. Le commandement de la sûreté nationale, a-t-il ajouté, a émis des instructions interdisant l’usage des armes à feu, affirmant que l’utilisation d’armes à feu aurait pu embraser la région. Mohamed Chakour a indiqué par ailleurs qu’au moment des faits les forces de police de Larbaâ Nath Irathen étaient divisées en trois groupes, le premier participait à l’extinction des feux, le deuxième était en train de sauver deux individus suspectés de mettre le feu dans la région alors que le troisième groupe était resté avec la victime et n’a pu accéder au siège de la sûreté de daira, encerclé par des citoyens en état hystérique. Faut-il préciser que des aveux de certaines personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire ont été diffusés lors de la conférence de presse. Parmi les mis en cause, l’on cite un enseignant des sciences islamiques dans un lycée de Larbaâ Nath Irathen, ainsi que la femme ayant appelé à égorger la victime. Un autre a admis s’être introduit dans le véhicule de police et avoir asséné des coups sur le visage de Djamel Bensmail. Le conférencier a révélé par ailleurs que les services de police ont pu mettre la main sur les suspects en un temps record, suite à leur identification avec preuves à l’appui, en attendant que toute autre personne ayant participé à ce crime soit interpellée. Enfin, le Directeur de la Police judiciaire à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), Mohamed Chakour a déclaré que l’enquête se poursuit et l’opinion publique sera informée de tous les détails.

M. S.

Article récent

Le 14 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img