20.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

Deuxième jour de guerre en Ukraine: Des combats en cours à Kiev, la Russie durcit le ton

Au deuxième jour de l’invasion militaire russe en Ukraine, des explosions ont été entendues dans le centre de Kiev dans la nuit de jeudi à vendredi. Des combats sont toujours en cours dans la capitale.

Par Meriem Benchaouia

En effet, Deux explosions ont été entendues  dans le centre de Kiev, la capitale de l’Ukraine, alors que l’opération militaire spéciale russe entre dans sa deuxième journée, a rapporté l’agence de presse Interfax-Ukraine.  On n’a pas entendu de sirène d’alerte aérienne au moment de ces explosions, lesquelles n’ont pas encore été confirmées officiellement par les autorités locales », a-t-elle ajouté.  Conseiller au ministère de l’Intérieur, Anton Gerachtchenko a écrit sur Telegram qu’il venait d’entendre deux puissantes explosions, avant de préciser ensuite qu’il s’agissait d' »attaques de nos défenses aériennes contre des avions ou des drones ennemis », citant des informations opérationnelles.    Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a tweeté que trois personnes avaient été blessées, dont une se trouve dans un état critique, après que des débris de missiles ont touché un immeuble résidentiel.  Il a également posté une photo montrant un bâtiment dont une partie du mur était arrachée et des secouristes présents sur place.    Le président russe Vladimir Poutine a autorisé tôt jeudi « une opération militaire spéciale » dans le Donbass. L’Ukraine a indiqué, de son côté, que des sites militaires à travers tout le pays étaient attaqués.  Des aérodromes, des postes de commandement, des bases navales et des stations radar ukrainiens figurent parmi les installations détruites, selon le ministère russe de la Défense.

La riposte de la Russie
Face aux sanctions prises un peu partout dans le monde, la Russie en prend à son tour. Le Kremlin a promis ce matin des répliques « symétriques ou asymétriques » aux sanctions imposées par l’Occident à la Russie en réaction à l’invasion russe de l’Ukraine. « Les mesures de riposte suivront, bien évidemment », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « A quel point elles seront symétriques ou asymétriques, cela va dépendre de l’analyse des restrictions » imposées à la Russie, a-t-il ajouté. La Russie a annoncé plus tôt bannir de son espace aérien tous les avions liés au Royaume-Uni, après des sanctions imposées par Londres à la compagnie aérienne russe Aeroflot en réaction à l’invasion russe de l’Ukraine. L’espace aérien russe est interdit à tous les avions « appartenant, loués ou exploités par une personne liée à la Grande-Bretagne » et ceux qui y sont enregistrés, a annoncé le régulateur aérien russe Rosaviatsia dans un communiqué.

Echange téléphonique « franc » entre Poutine et Macron, selon le Kremlin
Le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron ont eu jeudi un échange téléphonique « sérieux et franc » au sujet de l’opération militaire lancée par Moscou en Ukraine, a rapporté le Kremlin. Il s’agit du premier contact téléphonique connu entre M. Poutine et un dirigeant occidental depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie jeudi matin. Les deux dirigeants « ont eu un échange de points de vue sérieux et franc au sujet de la situation autour de l’Ukraine », a déclaré le Kremlin dans un communiqué publié à l’issue de cet entretien organisé, selon la présidence française, « à l’initiative de la partie française ». Lors de sa conversation avec M. Macron, M. Poutine « a donné une explication détaillée sur les raisons et les circonstances de la décision de mener une opération militaire spéciale » en Ukraine, a ajouté le Kremlin. Selon une source au sein de la présidence française, M. Macron a « exigé l’arrêt immédiat » de l’offensive russe en Ukraine « en rappelant que la Russie s’exposait à des sanctions massives ».

Le Congrès américain envisage d’offrir des armes à l’Ukraine
La présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, a annoncé jeudi que les parlementaires envisageaient d’accorder à l’Ukraine des « armes de défense létales » d’une valeur de 600 millions de dollars en vue d’aider Kiev à se défendre contre les attaques militaires russes.    Un peu plus tôt le même jour, le président américain Joe Biden a annoncé davantage de sanctions économiques contre la Russie et le déploiement en Europe des troupes américaines supplémentaires.   Cependant, il a redit qu’aucune force américaine ne sera déployée en Ukraine.

Vote aujourd’hui au Conseil de sécurité de l’ONU sur une résolution condamnant Moscou
Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira  ce soir à 20H00 GMT pour voter sur un projet de résolution des Etats-Unis et de l’Albanie condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie et lui réclamant un retrait de ses troupes, un texte voué à l’échec en raison du droit de veto de Moscou, selon des diplomates. Ce texte très ferme est placé sous le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, qui permet un recours à la force pour le faire appliquer. L’utilisation du veto par Moscou, « attendue », montrera « l’isolement » de la Russie sur la scène internationale, a estimé un haut responsable américain sous couvert de l’anonymat. L’ambassadeur russe adjoint à l’ONU, Dmitry Polyanskiy, dont le pays préside en février le Conseil de sécurité et qui est à ce titre maître de son agenda, a confirmé un scrutin aujourd’hui à 20H00 GMT. Après un rejet au Conseil de sécurité, une mise au vote d’un texte similaire devrait suivre à l’Assemblée générale des Nations unies où les résolutions ne sont pas contraignantes et où le droit de veto n’existe pas parmi ses 193 membres, selon des diplomates.

M.B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img