5.9 C
Alger
dimanche 27 novembre 2022

Des spécialistes alertent sur une probable troisième vague: Les chiffres de l’Institut Pasteur sur les variants «ne reflètent pas la réalité»

Après une stabilité des chiffres de contamination au Covid-19, le pays est actuellement confronté à une progression constante des cas de contamination aux variants du coronavirus. Il n’est pas possible de connaître tous les cas en Algérie, indiquent les spécialistes, car seul l’Institut Pasteur peut jusque-là les détecter.

Par Louisa Ait Ramdane

Les derniers chiffres communiqués par l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) font état d’une progression spectaculaire des variants dans le pays. 65 nouveaux cas de variant britannique et 101 nouveaux cas de variant nigérian ont été enregistrés, soit un total de 166 nouveaux cas de variants en une semaine. Les indicateurs épidémiologiques actuels relatifs au Covid-19 et aux nouveaux variants sont «alarmants», a mis en garde le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Fawzi Derrar. Soulignant l’importance de la vigilance, il a alerté contre une augmentation possible des cas d’atteinte par le virus originel et les variants qui sont, a-t-il dit, «une épidémie dans l’épidémie». En dépit de leur faible nombre actuellement l’on observe une augmentation des cas, a indiqué le DG de l’IPA, soulignant que seuls les variants britannique et nigérian circulent en Algérie. S’exprimant sur la télévision publique, le Dr Fawzi Derrar, directeur de l’Institut Pasteur Algérie, redoute «une troisième vague après le laisser-aller observé ces dernières semaines chez les citoyens quant au respect des mesures barrières, outre la courbe ascendante des contaminations et l’augmentation du nombre des cas atteints des variants britannique et nigérian». «Pour le moment, a-t-il déclaré, l’Algérie n’a enregistré que des cas de variants britannique et nigérian», ajoutant que «l’Institut Pasteur Algérie s’est doté de moyens de dépistage sophistiqués qui permettent d’identifier tous les variants qui pourraient apparaître». Les chiffres communiqués par l’Institut Pasteur sur le nombre de contaminations par le variants sont loin de refléter la réalité. Le Professeur Mohamed Belhocine, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de l’épidémie, reconnaît que le séquençage de l’Institut Pasteur «ne donne pas la totalité de l’image de la situation». Pour avoir une appréciation exhaustive de la situation, «il aurait fallu avoir une capacité de tester bien plus large», a ajouté le Professeur dans une déclaration à la Radio Chaîne 3.
Dans le même contexte, Mohamed Yousfi, chef du service infectiologie de l’hôpital de Boufarik et président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (Snpssp), a expliqué que les spécialistes ne disposent pas de données sur le pourcentage des cas touchés par le variant et que l’Algérie possède peu de moyens pour détecter de nouvelles souches. «Nous n’avons que l’Institut Pasteur qui peut détecter ces nouveaux variants, et il n’est donc pas possible de détecter tous les cas en Algérie», a-t-il déclaré lors de son passage à la Radio locale de Sétif, soulignant que le nombre de personnes infectées par le virus ne présentant aucun symptôme est estimé à quatre fois le nombre d’infections déclaré.
Le président de la Société algérienne d’immunologie, le Professeur Kamel Djenouhat, a averti quant à la propagation rapide du variant nigérian en Algérie qui représente, selon lui, la menace la plus dangereuse du moment sur la situation sanitaire. Intervenant sur les ondes de Radio Sétif, Djenouhat n’a pas manqué de souligner que les vaccins sont moins efficaces face à ce variant, faisant état d’une étude britannique qui le classe comme le plus mortel avec un taux de 4.5 % des cas de décès. «Nous ne sommes qu’au début d’une nouvelle hausse des cas de contamination et nous pouvons éviter une troisième vague en respectant les mesures préventives contre la propagation», a-t-il précisé encore. Plusieurs spécialistes et chefs de service de structures hospitalières ont tiré la sonnette d’alarme pour alerter sur le relâchement observé depuis quelques jours. Ils appellent les citoyens au respect des mesures de prévention pour freiner l’accélération de la propagation des nouveaux variants.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img