13.5 C
Alger
jeudi 1 décembre 2022

Des soldes durant le ramadhan pour «préserver le pouvoir d’achat» : Encore des promesses de Rezig…

Une semaine avant le début du ramadhan, des marchés de solde seront ouverts dans toutes les communes pour permettre aux citoyens de s’approvisionner en produits alimentaires, vêtements, électroménagers et autres, à des prix accessibles. C’est ce qu’a annoncé le ministre du commerce, Kamel Rezig, en marge d’une plénière du Conseil de la nation consacrée aux questions orales. Cette opération vise à préserver le pouvoir d’achat du citoyen et permettre aux commerçants de compenser les pertes enregistrées pendant le confinement sanitaire. La vente aux rabais concernera les produits de large consommation, à forte demande durant le mois sacré, notamment les produits alimentaires, la vaisselle, les vêtements, les chaussures et les appareils électroménagers. Des opérations similaires seront organisées lors de toutes les fêtes religieuses célébrées dans le pays. Pour éviter d’éventuelles hausses de prix durant le mois sacré, le ministère du Commerce a mobilisé 9 000 agents de contrôle, opérant en brigades mixtes avec les services de la Sûreté, des Douanes et des services agricoles, a précisé Rezig.

Le refus de facturation à l’origine de la hausse des prix de l’huile de table
Le ministre du Commerce a réitéré ses assurances quant à la disponibilité de l’huile de table, rappelant que la spéculation, et le diktat d’un grand producteur, sont à l’origine de cette crise. «L’huile de table sera disponible en grande quantité pendant le mois de ramadhan. Les besoins en consommation sont évalués à 48 000 tonnes, alors que la production de six usines dépasse actuellement les 50 000 tonnes», a-t-il rassuré. Puis de renchérir : «Nous avons des stocks qui peuvent répondre à nos besoins jusqu’au 30 juin 2021 et la matière première destinée à la production d’huile de table dépasse actuellement les 94 000 tonnes». Kamel Rezzig a expliqué, en revanche, que «l’Etat peut avoir recours à l’importation, mais il ne le fera pas par souci de protéger la production nationale qui, a-t-il insisté, est largement suffisante». Tout en invitant les citoyens à faire preuve de calme et de modération en évitant de stocker de l’huile chez eux par peur de pénurie, Rezig pointe à nouveau du doigt les commerçants de détail d’être responsables de la tension qui prévaut sur le marché de l’huile.
Sans toutes fois citer directement le Groupe Cevital, le ministre du Commerce a révélé que «l’un des opérateurs de la filière avait sollicité une indemnisation et un soutien pour la première fois, et a été obligé d’appliquer la facturation pour toutes ses transactions, ce qui a amené les commerçants de détail à renoncer à s’approvisionner en ce produit vital, pour éviter ainsi la facture, sachant que le système de facturation existe depuis 1996, et ce n’est pas une chose nouvelle».

Vers la réouverture des postes frontaliers terrestres algériens
Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé que son département «œuvre, en collaboration avec d’autres secteurs, à lever toutes les entraves rencontrées par les opérateurs économiques pour pénétrer les marchés extérieurs, à travers l’ouverture des postes frontaliers terrestres algériens», ajoutant qu’il sera procédé bientôt à l’ouverture des postes frontaliers de Debdeb et Taleb-Larbi, situés respectivement dans les wilayas d’Illizi et Oued Souf.
En 2020, les revenus du commerce de troc avec le Mali et le Niger étaient estimés à 70 milliards de dinars, a-t-il soutenu, ajoutant que l’économie algérienne s’oriente actuellement vers l’ouverture aux marchés extérieurs, notamment dans le cadre de la Zone de libre-échange africaine (Zlecaf).
A cet effet, il a salué la création d’une instance au niveau du ministère des Affaires étrangères, chargée exclusivement de la dynamisation de la diplomatie économique algérienne à travers plusieurs pays du monde.
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img