12.9 C
Alger
jeudi 1 décembre 2022

Départ

A chaque élection présidentielle depuis 2012, Marine Le Pen prend un peu plus confiance en ses chances d’être un jour élue présidente de la République française. Celle qui faisait 17.9 % des voix il y a neuf ans face à Nicolas Sarkozy et François Hollande et qui à raté de peu le second tour, s’est facilement qualifiée pour le duel présidentiel de 2017 face à Emmanuel Macron. Aujourd’hui, tous les sondages annoncent un match retour entre les finalistes de 2017 pour la présidentielle de 2022. Tant et si bien que la présidente du Rassemblement National veut désormais quitter son parti afin de se présenter pour la présidentielle de 2022 comme la candidate de tous les Français. Marine Le Pen a en effet confirmé son prochain départ de la présidence du RN, qui pourrait avoir lieu après l’été, pour être la candidate à l’Élysée de «tous ceux qui veulent mener le combat national». «Au prochain congrès, non, car c’est un congrès qui va légitimer le candidat à l’élection présidentielle, et il me faut donc d’abord être réélue, mais ensuite, oui, car il est nécessaire que je ne sois pas seulement la candidate du RN», a déclaré la cheffe du parti de droite radicale dans un entretien au mensuel «L’Incorrect», proche de sa nièce Marion Maréchal, qui lui demandait si elle confirmait son départ de la tête de son mouvement. «Avec une possibilité de victoire qui n’a jamais été aussi importante qu’aujourd’hui, je me dois d’être la candidate de tous ceux qui veulent mener le combat national», a-t-elle fait valoir. La dirigeante d’extrême droite avait déclaré en février qu’elle «réfléchissait» à abandonner la présidence de son parti pour être la «candidate de tous les Français», tout «en étant évidemment soutenue par son mouvement». Selon le numéro deux du parti, Jordan Bardella, pressenti pour lui succéder, le départ de Marine Le Pen de la présidence du RN aura lieu «probablement après l’été». Le RN tiendra auparavant son 17e congrès à Perpignan début juillet, qui devrait valider sans surprise la candidature de Marine Le Pen à la présidentielle. La patronne du Rassemblement Nationale s’était déjà, un peu dans le même esprit, mise «en congé» de la présidence du parti entre les deux tours de la présidentielle de 2017. Reste à voir si cette stratégie aura un impact sur le vote des Français qui si selon un dernier sondage seraient 28 % à être prêts à voter pour elle. Toutefois, la droite n’a pas encore choisi son candidat et rien n’empêche également un candidat surprise, sorti de nulle part comme Macron en 2017, de venir changer la donne d’ici le premier tour de la prochaine présidentielle et de remettre en question les chances de Marine Le Pen.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img