25.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Défaitiste

Alors que la droite a déjà un candidat officiel cette semaine en la personne de Xavier Bertrand pour la prochaine élection présidentielle de 2022, à gauche, à part Jean-Luc Mélenchon et peut-être Anne Hidalgo, encore peu de personnalités s’affirment franchement pour la course à l’Élysée. Mais l’on attend toutefois de possibles candidatures émanant des écologistes et même des communistes. Mais ce vendredi, deux cents cadres et militants communistes se sont opposés à la candidature PCF à la présidentielle de 2022 voulue par leur chef Fabien Roussel, dans une lettre transmise à l’AFP. Il y a deux semaines, celui-ci a proposé sa candidature au Parlement du parti, une option qui a recueilli 68 voix, contre 45 voix pour une candidature commune à la gauche. Mais la décision sera tranchée le 9 mai par un vote des adhérents, après une conférence nationale les 10 et 11 avril. À gauche, «la multiplicité actuelle des candidatures montre qu’en l’état, toutes ont renoncé à la possibilité d’une victoire en 2022», écrivent les signataires du courrier, parmi lesquels l’ancienne députée européenne Marie-Pierre Vieu et les députés Elsa Faucillon et Stéphane Peu. «Certains camarades estiment aussi que la partie est perdue d’avance et préconisent une candidature communiste pour faire avancer nos idées. Allons-nous nous résigner à cette hypothèse défaitiste et rajouter notre propre candidature», interrogent-ils. Le texte estime au contraire qu’il faut «ne jamais laisser échapper une chance que le peuple de gauche puisse se rassembler pour gagner». Il propose aux communistes d’œuvrer à un «accord global» à gauche, sur «un programme de rupture avec le capitalisme et le productivisme». Cet appel intervient alors que les relations entre l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel se sont tendues ces derniers jours. Le leader de La France Insoumise, déjà candidat déclaré à la présidentielle et qui espère le soutien des communistes, a pesté mercredi contre l’attitude du second qui, selon lui, voudrait aller «à l’inverse de notre accord constant depuis 12 ans», le PCF ayant soutenu Jean-Luc Mélenchon en 2012 et 2017. Mais le courrier des 200 communistes «n’a rien de circonstanciel, représente un engagement sur le fond et ne saurait être pris pour un soutien à Jean-Luc Mélenchon», a assuré l’un de ses signataires à l’AFP. Reste que tant que Mélenchon restera au-devant de la scène, le PCF restera invisible, les communistes ne portant plus le discours le plus extrême à gauche et ne réussissant plus à attirer les plus jeunes qui se tournent directement vers le discours ultra-radical de La France Insoumise.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img