19.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Défaite

Les électeurs de gauche sont nombreux à être inquiets de voir la multiplication des candidats de leur famille politique à la prochaine présidentielle, rendant d’autant plus difficile une possible victoire au scrutin d’avril 2022. Malheureusement pour eux, ni l’écologiste Yannick Jadot ni la socialiste Anne Hidalgo n’ont donné suite à la proposition faite par le mouvement de la Primaire populaire pour n’avoir qu’un seul prétendant de la gauche au premier tour de la présidentielle en avril prochain. Parmi les principaux candidats, Jean-Luc Mélenchon avait déjà dit cet été son refus officieux de remettre sa candidature en jeu, via un vote à cette primaire. Christiane Taubira, en revanche, qui appartient au top 10 des personnalités plébiscitées par cette Primaire populaire, a demandé plus de temps pour répondre. Lundi 22 novembre, l’équipe de campagne de Yannick Jadot avait annoncé aux responsables de la Primaire populaire que leur candidat déclinait cette proposition. En clair, le candidat EELV (Europe Écologie Les Verts) leur a fait savoir qu’il était déjà passé par une primaire, qu’il avait gagné sur le fil, et qu’il ne comptait pas se relancer dans l’exercice. Anne Hidalgo a pour sa part répondu dans un message ce mardi de façon très nette. Elle refuse de participer à cette primaire, puisqu’elle ne considère pas possible de voter pour Yannick Jadot ou pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, deux autres candidats souhaités à ce scrutin, susceptibles comme elle d’être qualifiés. Or si ces refus semblent signer la fin de l’aventure de la Primaire populaire, les initiateurs de ce projet espèrent un revirement avant la fin de la semaine. «Nos téléphones restent ouverts, ils peuvent prendre leurs responsabilités», indique Samuel Grzybowsk, l’un des responsables de cette primaire. Fort de plus de 200 000 inscrits, le mouvement, qui espère encore pouvoir compter sur Christiane Taubira, pourrait sinon annoncer en fin de semaine la tenue d’un vote fin janvier, faisant office de sondage grandeur nature. Les candidats de gauche qui se seront accrochés à leurs rêves impossibles jusqu’au bout, auront de leurs propres mains mis un terme à toute chance de leur famille politique de se distinguer lors du scrutin du printemps prochain. Plutôt que de renoncer à leur égo, ils ont ainsi choisi la défaite, oubliant qu’ils sont surtout censés représenter une partie du peuple français qui sera ainsi fatalement orpheline au lendemain du premier tour de la présidentielle.

F. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img