25.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

Début à Blida de la vaccination anti Covid-19: Une femme dentiste reçoit la première dose

Après plusieurs mois d’attente et de spéculations autour des vaccins anti Covid-19, la campagne de vaccination a été lancée, hier, par le ministre de la Santé à partir de Blida. La première citoyenne vaccinée est une dentiste qui a assuré ne pas souffrir d’effets secondaires, appelant les citoyens à se faire vacciner.

Par Thinhinene Khouchi

Comme prévu, la première opération de la campagne de vaccination contre le nouveau coronavirus (Covid-19) a été lancée hier à partir de la wilaya de Blida, sous la supervision du ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, en présence du ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, le ministre délégué chargé de la Réforme hospitalière, Smail Mesbah, ainsi que le porte-parole officiel du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du nouveau coronavirus, Dr Djamel Fourar. Le coup d’envoi a été donné à partir de la polyclinique de la cité «Les Bananiers». Cette campagne de vaccination va cibler dans sa première phase les personnes âgées et les malades chroniques avant d’être généralisée aux autres franges de la population. S’exprimant lors de cette journée, Benbouzid a affirmé que la vaccination contre le nouveau coronavirus se fera de manière «progressive» et concernera toutes les wilayas «sans exclusive», appelant les citoyens à adhérer à cette campagne «importante». Il a souligné que les hautes autorités du pays s’attellent à l’acquisition de quantités suffisantes pour vacciner le plus grand nombre de la population, et partant, assurer l’immunité collective. Rappelant que cette opération intervient en application des instructions du président de la République, qui avait annoncé le début de la campagne de vaccination en janvier, le ministre a mis en avant le travail «sérieux et constant» des membres du Comité scientifique chargé du suivi de la pandémie de nouveau coronavirus, en coordination avec le gouvernement. «En dépit de la course internationale et de la forte pression sur les plus grands laboratoires internationaux, nous sommes au rendez-vous. L’Algérie a reçu, vendredi, son premier lot de vaccins, choisi suivant des critères précis en termes d’efficacité et de sécurité», a ajouté le ministre de la Santé. Par ailleurs, le ministre a indiqué que le choix de Blida pour le lancement de la campagne de vaccination a été motivé par le fait que cette wilaya a été fortement touchée par l’épidémie, étant le premier foyer du Covid-19, et avait été soumise à un confinement total. Evoquant les pertes humaines déplorées en raison de la pandémie, le ministre a saisi l’occasion pour se recueillir à la mémoire des personnes décédées et souhaiter un prompt rétablissement aux malades. Concernant la campagne de vaccination, Benbouzid a assuré que les équipements logistiques ainsi que l’ensemble des médecins et professionnels de la santé sont prêts pour sa réussite, rappelant l’expérience pionnière de l’Algérie en matière de vaccination. Affirmant que le vaccin était le meilleur moyen pour limiter les dangers et les complications de cette pathologie, il a mis l’accent sur l’impératif de maintenir l’observation des mesures préventives qui ont prouvé leur efficacité et permis de réduire «nettement» le nombre des contaminations. «Le vaccin est le meilleur moyen disponible, à l’heure actuelle, pour se prémunir contre l’épidémie. Je tiens à réaffirmer que grâce aux efforts de tous les citoyens et du personnel de la santé (…) la situation épidémiologique s’est stabilisée», a-t-il dit, insistant sur l’impératif de maintenir la vigilance en vue de réduire davantage le nombre des contaminations, notamment la distanciation sociale et le port des masques. «La protection du vaccin anti-Covid-19 est très limitée dans le temps, d’où la possibilité de revaccination après quelque mois», a expliqué le ministre, ajoutant que «la durée de l’immunité demeure inconnue».

Imane Slatnia, première citoyenne à recevoir le vaccin «Spoutnik-V»
Contrairement aux attentes de plusieurs, la première personne à avoir reçu le vaccin anti Covid-19 est une femme dentiste, spécialiste des maladies buccodentaires. Questionnée après sa vaccination, elle a indiqué : «J’ai reçu un appel hier, pour être la première femme médecin à recevoir le vaccin en Algérie», ajoutant : «Je n’ai pas pu refuser la demande. Au contraire, j’étais heureuse d’avoir été le premier médecin à recevoir le vaccin». La dentiste, qui a reçu la première dose de vaccin Spoutnik-V a confié : «Lorsque je suis entrée dans la salle pour recevoir le vaccin, le médecin généraliste m’a demandé si j’avais des maladies chroniques. Il a mesuré ma tension avant de recevoir le vaccin, ce qui est nécessaire, car le processus n’est pas aléatoire». «Après avoir reçu le vaccin, j’ai également subi un examen. Je suis restée une demi-heure avant de sortir, et jusqu’à l’heure actuelle, je ne souffre pas d’effets secondaires», a-t-elle déclaré. Enfin, le médecin a conseillé aux citoyens de se faire vacciner pour protéger leurs familles et la société. «J’ai consulté les caractéristiques du vaccin et j’ai trouvé qu’il est très utile car il donne au corps l’immunité pour combattre les virus». a-t-elle conclu.

Fourar : «Distribution du vaccin dans les deux prochains jours dans toutes les wilayas»
Présent au lancement de cette campagne de vaccination contre le Covid-19, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de cette pandémie, Dr Djamel Eddine Fourar, a indiqué que l’Algérie a réceptionné avant-hier (vendredi) 50 000 doses du vaccin russe anti Covid-19 «Spoutnik-V» qui a été acheminé par un avion des forces de l’air de l’Armée nationale populaire (ANP), précisant que «le coût de la première campagne de vaccination était estimé à 1,5 milliard de dinars». Il a assuré que «la distribution du vaccin dans toutes les wilayas du pays aura lieu dans les deux prochains jours». Lors de son suivi sur le lancement du processus de vaccination à Blida, il a confirmé que «pour assurer le bon déroulement du processus de vaccination, un nombre important de personnel médical, paramédical et administratif est mobilisé pour cette opération». Il a indiqué que chaque citoyen souhaitant recevoir le vaccin sera appelé à procéder à un examen approfondi avant le processus de vaccination et à l’enregistrer via une base de données numérique. Il est à rappeler que lors de la réception du premier lot de vaccin (vendredi), le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a déclaré à la presse qu’un second lot de vaccins anti-Covid-19, Oxford-AstraZeneca, arrivera dimanche à l’aéroport international d’Alger en provenance d’Angleterre. Il s’agit du vaccin développé par le laboratoire pharmaceutique anglo-suédois, Astra Zeneca, en collaboration avec l’Université d’Oxford. En outre, le ministre de la Communication a indiqué que le vaccin sera administré, dans un premier temps, au personnel du corps médical, aux personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques, avant d’élargir l’opération aux différentes catégories de la société. La seconde étape de vaccination débutera aujourd’hui et concernera les corps constitués, le secteur de l’Education avec ses différents paliers, les responsables politiques ainsi que les professionnels de la presse. Belhimer a tenu à rappeler que cette opération se poursuivra jusqu’à ce satisfaction de tous les besoins de l’Algérie, et ce, quel qu’en soit le coût, «car la santé du citoyen n’a pas de prix», dit-il.

La Russie propose à l’Algérie de produire localement le vaccin Spoutnik-V
Lors de son intervention hier, sur une chaîne de télévision privée algérienne, l’ambassadeur russe à Alger, Igor Beliaev, a déclaré que son pays est «prêt à coopérer avec l’Algérie pour lancer la production au niveau local du vaccin Spoutnik-V». «Le Fonds russe d’investissements directs propose diverses formes de coopération, à savoir l’acquisition directe, le transfert de technologie, la production conjointe et la participation à la phase III des tests cliniques», a développé le diplomate, précisant : «Ce sont ces formules de coopération que nous avons proposées à la partie algérienne». Il est à noter que lors de la session de l’ ONU, en début décembre dernier, consacrée à la présentation de Spoutnik-V, le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko, avait exprimé le souhait de son pays de produire ce vaccin dans 55 pays, dont l’Algérie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Corée du Nord, l’Égypte, l’Inde, l’Ouzbékistan, le Qatar, Singapour, la Syrie, le Tadjikistan et la Thaïlande.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img