20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

De lourdes peines ont sanctionné le procès: 12 à 20 ans de prison contre les Kouninef

Le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger a condamné hier les frères Kouninef à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme avec la saisie des biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays et des amendes de 8 millions de DA. Les frères Réda, Abdelkader-Karim et Tarek-Noah Kouninef, ainsi que le gérant du groupe KouGC, Keddour Ben Tahar, sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation dont «trafic d’influence», «blanchiment d’argent», «obtention d’indus avantages», «détournement de fonciers et de concessions» et «non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics». Après un procès qui s’est déroulé du 9 au 14 septembre, le tribunal a condamné Réda à 16 ans de prison ferme, Tarek-Noah à 15 ans de prison ferme et Abdelkader-Karim à 12 ans de prison ferme. Le gérant du groupe KouGC dont les frères Kouninef sont les propriétaires, Keddour Ben Tahar, a quant à lui été condamné à 8 ans de prison ferme. Les quatre accusés doivent payer une amende de 8 millions de DA chacun, et leurs biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays seront saisis, selon le verdict prononcé par la juge.
Leur sœur Souad-Nour Kouninef (en fuite à l’étranger) a été condamnée à 20 ans de prison ferme, avec la saisie des biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et une amende de 8 millions de DA. Le tribunal a ordonné le lancement d’un mandat d’arrêt international contre elle.
Les autres personnes impliquées dans l’affaire, essentiellement des cadres des ministères de l’Industrie, de l’Agriculture, des Ressources en eau, de l’Energie et des Télécommunications ainsi que d’autres secteurs où le groupe KouGC a obtenu des marchés, ont été condamnées à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison ferme et des amendes allant de 200 000 DA à un million de DA. La défense a décidé de faire appel du jugement.

3 ans de prison et 500 000 DA d’amende requis contre Mohamed Djemai
Par ailleurs, s’est ouvert hier aussi au tribunal de Sidi-M’hamed le procès de l’ex-SG du FLN et homme d’affaires Mohamed Djemai au cours duquel le procureur de la République près dudit tribunal a requis une peine de 3 ans de prison ferme assortie d’une amende de 500 000 DA contre lui. Egalement ancien parlementaire, Mohamed Djemai, mis en détention provisoire le 19 septembre 2019 dans l’établissement pénitentiaire d’El Harrach à Alger, est, rappelons-le, poursuivi pour avoir «insulté» un journaliste dans l’exercice de ses fonctions, pour «participation à la destruction de documents de preuves officiels», «menace d’autrui» et «abus de fonction», conformément à l’article 33 du code de lutte contre la corruption.

Le journaliste Belkacem Djir relaxé par la cour d’Alger
La cour d’Alger a relaxé hier le journaliste Belkacem Djir, a annoncé l’avocate Fatiha Rouibi. Belkacem Djir avait été condamné par le tribunal de Bir Mourad Rais, le 28 juin dernier, à 3 ans de prison ferme, soit près d’une année après sa mise en détention provisoire, en juillet 2019. Le journaliste était également poursuivi pour «atteinte au moral des troupes de l’armée». Une accusation abandonnée par la cour d’Alger.
Lynda Naili

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img