22.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Dans une lettre de membres du Congrès américain: Biden appelé à ne pas conclure d’accord sur l’armement avec le Maroc

Des membres du Congrès américain ont appelé le président Joe Biden à ne conclure aucun accord sur l’armement avec le Maroc. Et pour cause, des craintes quant à l’utilisation de ces armes contre le peuple sahraoui. Dans une lettre adressée récemment à Biden, onze membres du Congrès américain se sont dits «préoccupés» par la politique des Etats-Unis au Sahara occidental, et par les accords sur la vente d’armes au Royaume du Maroc, conclus entre Washington et Rabat. Dans leur missive, les signataires ont rappelé que l’ancienne administration américaine avait déjà informé, en décembre 2020, le Congrès américain de la vente d’armes américaines pour un montant d’un milliard de dollars au Maroc, dont quatre drones MQ-9B Skyguardian et des munitions JDAM. La signature de cet accord est prévue sous l’actuelle administration. A cet effet, ils appellent l’administration Biden à «ne conclure aucun accord avec le Maroc sur des armes lourdes ou offensives» et précisent que «ces ventes sont inappropriées en raison de l’absence de garanties marocaines que ces armes ne soient pas utilisées contre le peuple sahraoui et faute de progrès quant à l’organisation d’un référendum politique et la conclusion d’un accord de paix définitif au Sahara occidental». Aussi, les membres du Congrès américain ont exprimé «leur préoccupation quant à l’utilisation de ces armes» qui, selon eux, pourraient «consolider l’occupation illégale du territoire sahraoui par le Royaume du Maroc». Ils se sont dit également «inquiets» de la politique des Etats-Unis au Sahara occidental et de la décision de l’ancienne administration (de Donald Trump) de reconnaître, en décembre 2020, la prétendue souveraineté du Royaume du Maroc sur le Sahara occidental, «alors que depuis des décennies, les précédentes administrations américaines, républicaines et démocrates, ont refusé de reconnaître la souveraineté présumée du Maroc sur le territoire occupé». Et de poursuivre, dans leur lettre, qu’«en raison de ce changement de politique, les Etats-Unis sont désormais le seul pays au monde à reconnaître officiellement les revendications du Maroc qui sont contraires au droit international et au droit à l’autodétermination». Les signataires ont exprimé, par ailleurs, leur souhait que «le rôle crucial» que jouent les Etats-Unis dans le conflit sahraoui «puisse permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit légitime et inaliénable à l’autodétermination». Ils ont ainsi rappelé des décisions «claires» de la Cour de justice internationale (CJI) et de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) qui soutiennent le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et stipulent que le Maroc n’a aucune souveraineté sur le territoire occupé. Les membres du Congrès américain se sont dit, par ailleurs, «satisfaits» de la désignation, il y a quelques mois, de Staffan de Mistura, en tant qu’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental. Ils ont déploré, toutefois, l’«absence d’un engagement clair» des Etats-Unis auprès des Nations unies, «quant au soutien de Washington à un règlement pacifique et durable entre le Maroc et les représentants du gouvernement sahraoui».

Massi Salami

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img