19.9 C
Alger
jeudi 8 décembre 2022

Dans une exposition du patrimoine immatériel: L’histoire des «Medahatte» mise en relief

L’exposition du patrimoine immatériel, ouverte mardi au musée public national «Ahmed-Zabana» d’Oran, met en avant l’histoire de la troupe de chant féminin «Medahatte», qui a donné une touche populaire particulière au Madih et à la chanson dans les mariages.
Cette exposition, organisée à l’occasion du Mois du patrimoine pour les visiteurs, notamment la jeune génération, est une fenêtre sur l’histoire des troupes musicales du patrimoine, notamment les «Medahatte» dont le chant se limitait, au début, au Madih. Ensuite, ce genre fut invité à célébrer les mariages avec l’utilisation de certains instruments de musique, dans une ambiance considérée comme faisant partie du patrimoine immatériel national. D’après les textes présentés dans cette manifestation organisée par le même établissement muséal, l’une des premières pionnières de ce type d’art populaire est cheikha Kheira Sessahia, décédée en 1940, originaire de Mostaganem et vivant à Oran, où elle interprétait des chansons qu’elle a elle-même composées, à l’instar de «Sidi El Houari» et «Moul El-Meida» et d’autres chansons tirées de poèmes du Melhoun. La troupe de Medahatte est composée de la cheikha et de musiciennes qui l’accompagnent, qui utilisent des instruments comme «tebila» et «bendir». Les troupes de Medahatte sont exclusivement féminines, car les familles oranaises réservaient, à l’époque, à ces troupes une aile pour femmes dans les mariages pour accompagner ce qui est connu chez les Oranais comme henné de la mariée «hanat larossa», avant de s’étendre vers d’autres styles de fêtes. A l’occasion du Mois du patrimoine, organisé sous le slogan «Notre patrimoine immatériel, identité et authenticité», d’autres textes présentant le patrimoine immatériel de différentes wilayas du pays ont été présentés, dont la troupe «Ahalil» qui fait partie du patrimoine poétique et des chansons de la région de Gourara, «Sbouaa de Timimoun», la fête de «Sbiba» de Djanet et l’instrument «Imzad», ainsi que «maarif de Kiyali lma» des fouggaras et «rakb Sidi Cheikh» (El Bayadh). Cette exposition, du 18 avril au 18 mai, comprend également des photos d’habits traditionnels, tels que la «chedda» de Tlemcen, la blouse oranaise, des bijoux traditionnels, des instruments de musique, du couscous et des livres traitant de proverbes algériens, de poèmes et du chant folklorique.
L. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img