16.9 C
Alger
mercredi 22 mai 2024

Dans une allocution lue par Larbaoui à Banjul : Le président de la République appelle à la réforme de l’OCI

Réforme de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) en conformité avec la décision adoptée à l’initiative de l’Algérie, lutte contre l’islamophobie et appel à l’arrêt immédiat de la tragédie humaine que subit le peuple palestinien, tels ont été les points forts sur lesquels le Président Abdelmadjid Tebboune a axé son discours à l’occasion du 15e Sommet de l’OCI, tenu hier dans la capitale gambienne, Banjul.

Par Lynda Naili

Dans une allocution prononcée en son nom par le Premier ministre, Nadir Larbaoui, à l’occasion du 15e Sommet de l’OCI, le président Tebboune, plaidant pour «la révision du mode de gouvernance de l’Organisation de la coopération islamique», a appelé à «réaliser les réformes nécessaires conformément à la décision adoptée à l’initiative de l’Algérie», ce qui permettra à l’Organisation d’«atteindre ses nobles buts, de relever les défis multidimensionnels et de défendre les causes justes pour lesquelles elle a été créée, la cause palestinienne en tête». En outre, le chef de l’Etat, soulignant que l’OCI «se trouve à un moment charnière où elle doit assumer sa responsabilité devant l’histoire», a soutenu que celle-ci «doit faire face aux dangers et relever les défis imposés par la conjoncture critique que traverse la nation musulmane et prendre les positions et les décisions qui reflètent véritablement les aspirations et les espoirs de ses peuples».

Lutter contre l’extrémisme, le terrorisme et les discours de haine
Ceci étant, au chapitre de la lutte contre l’islamophobie, le président de la République a insisté sur «la nécessité d’adopter une approche globale et cohérente pour contrer l’islamophobie, qui cible constamment et quasi-systématiquement les communautés musulmanes, et contrecarrer les tentatives de saper les fondements de la nation musulmane sous de faux prétextes, qui prennent parfois pour couverture et justification fallacieuses la liberté d’opinion et d’expression». Pour le Président Tebboune, «l’engagement collectif des Etats musulmans à lutter contre l’extrémisme et le terrorisme et à bannir le discours de haine doit s’accompagner en contrepartie de la lutte contre le discours de haine et l’extrémisme ciblant les fondements de la nation musulmane, de manière à garantir la promotion des valeurs de coexistence et la culture d’ouverture et de tolérance consacrées dans la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies adoptée à l’initiative de l’Algérie». Enchaînant sur ce phénomène en recrudescence, le chef de l’Etat a souligné «le rôle de l’OCI dans la consécration de l’engagement collectif à défendre les lieux saints de la Nation musulmane, à travers une action collective d’urgence par tous les mécanismes disponibles». Ceci, a-t-il ajouté, «afin que notre Organisation puisse assumer sa responsabilité historique, juridique et morale». Chose qui, a-t-il soutenu, lui permettra de «contribuer au façonnement de l’ordre international, qui connaît des développements profonds et rapides, et de remédier ainsi à la marginalisation historique du groupe islamique».

Une action collective d’urgence et une approche plus ferme en Palestine occupée
Par ailleurs, abordant la situation dramatique qui prévaut en Palestine, le Président Tebboune a appelé à «œuvrer de concert au niveau international à soutenir la lutte du peuple palestinien pour obtenir ses droits légitimes à l’établissement de son Etat indépendant avec El-Qods comme capitale», et ce, à travers «une approche plus ferme pour amener la communauté internationale à assumer sa responsabilité dans la protection du peuple palestinien contre les actes criminels et barbares dont il est victime». D’où l’urgence de «la mise en œuvre immédiate et de toute urgence des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, notamment la résolution 2728, mais aussi de demander des comptes à l’occupation pour ses crimes» pour que «cesse immédiatement et de manière durable l’agression contre le peuple palestinien et de permettre l’acheminement de l’aide humanitaire vers la bande de Ghaza». Ceci avant de réitérer son appel à «la relance d’un processus politique visant à trouver une solution globale, juste et définitive à la cause palestinienne, tout en consolidant la reconnaissance internationale de l’Etat palestinien et en œuvrant à son adhésion pleine et entière à l’ONU».
Au final, le président de la République a assuré que l’Algérie, qui continuera à porter les préoccupations de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et à défendre sa cause centrale au Conseil de sécurité, réitère son appel à la communauté internationale et à toutes les âmes éprises de liberté et les consciences vivantes à travers le monde à assumer leurs responsabilités en mettant fin à la tragédie humaine que subit le peuple palestinien, notamment dans la bande de Ghaza.

L. N.

Article récent

le jour

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img