32.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Culture: Hommage à Akli Yahiatene, un des doyens de la chanson algérienne

Un hommage émouvant a été rendu, dimanche à Alger, à Akli Yahiatene, un des piliers et doyens de la chanson algérienne d’expression kabyle, pour son long parcours artistique et son répertoire musical qui ont inspiré de nombreux artistes.
Organisée au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi, la cérémonie en hommage à Akli Yahiatene a drainé un public parmi ses fans, aux côtés de figures du monde artistique.
Accueilli chaleureusement avec des applaudissements et des youyous Akli Yahiatene, 89 ans, est accompagné sur les rythmes festifs d’Idebalen, aux côtés de représentants de l’association artistique «Troisième millénaire», organisatrice de
l’évènement. Visiblement ému, l’artiste a salué d’un geste le public nombreux venu aussi rendre hommage à un grand artiste qui a œuvré, à travers la chanson, à faire entendre la voix de l’Algérie dans ses plus pénibles circonstances, notamment durant la période coloniale.
Né en 1933 à Aït Mendès Boghni (Tizi Ouzou), Akli Yahiatene s’est exilé en France où il vivra, au début, de petits métiers. Plus tard, il fera la rencontre d’illustres compositeurs et chanteurs de son époque comme Slimane Azem, Zerrouki Allaoua et Cheikh El Hasnaoui, qui ont aiguisé sa passion pour la chanson. Artiste et moujahid, emprisonné à plusieurs reprises par les autorités coloniales pour avoir contribué à la collecte de fonds au profit du Front de libération nationale (FLN), il ne se détache pas pour autant de la musique, mais se consacre davantage à ses nombreuses compositions à succès qui l’ont fait connaître auprès d’un large public. Préférant le luth (Oud) et la mandoline, l’artiste a composé et interprété plusieurs chansons à succès dont notamment «Ay-axxam» (La maison), traduite en espagnol, et «El menfi» (Le banni), qui a été reprise par le trio Mami, Khaled et Rachid Taha, ainsi que par le chanteur libanais Alaa Zalzali. D’autres grands succès jalonneront sa carrière avec notamment les titres «Thamurthiw», «Jahagh bezzef da meziane» (Exilé trop jeune), ou encore «Yedja yemas» (Il a abandonné sa mère).
Pour l’occasion, des artistes comme l’interprète de hawzi et variété algéroise, Nadia Benyoucef, le chanteur chaâbi Réda Doumaz, Rezki Ouali ou encore El Hasnaoui Amjtouh, ont tenu à rendre hommage à l’auteur de «Ya el menfi», un tube qui évoque les souffrances des émigrés algériens et les victimes de la déportation en Nouvelle-Calédonie.
En 2017, Akli Yahiatene a été décoré de la médaille de l’Ordre du mérite national au rang de «Achir».
Racim C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img