9.9 C
Alger
mercredi 30 novembre 2022

«Culture et communication»: L’apport des nouvelles technologies souligné

«Culture et Communication», une rencontre sur les voies et moyens susceptibles de rendre plus visible le fait culturel dans la diversité de ses programmes, a été animée à Alger par les universitaires Ahmed Hamdi, Achour Fenni et Fayçal Sahbi, dans le cadre du «Forum du Palais de la culture», une série de conférences-débats interactifs sur l’importance du dialogue culturel à tous les niveaux de la société.
Organisée par le ministère de la Culture et des Arts au Palais de la culture Moufdi-Zakaria, la conférence a permis d’aborder les concepts de la culture et de la communication, et la nécessité d’«œuvrer pour la création d’un environnement à la culture».
Le professeur en économie de la communication à l’université Alger 3, Achour Fenni, a relevé l’existence de cultures des secteurs spécifiques (associations, entreprises…), aux côtés des cultures savantes et donc dominantes, à l’instar de la musique, le théâtre, la littérature et le cinéma, entre autres, soulignant, au passage, l’influence des «pôles culturels» constitués par les «réseaux de communication des puissances mondiales qui ont imposé leurs propres modèles culturels».
Les années 1980 ont vu l’émergence de «nouveaux pôles culturels» (Japon, Corée, Brésil…), poursuit le conférencier, affirmant qu’actuellement la production culturelle «n’est désormais plus entre les mains des grands groupes et lobbies», mais bien à la portée de simples individus qui arrivent facilement à «produire du contenu» et qui sont suivis à l’échelle internationale grâce aux publications virtuelles sur les réseaux sociaux qui ont permis une «démocratisation de la culture».
Le progrès ayant poussé les gens à s’adapter aux nouveaux modes de communication, il reste impératif, conclut Achour Fenni, de «donner plus d’importance à la richesse et à la diversité de la culture algérienne», loin des manifestations culturelles ponctuelles, aux aspects officiels.
De son côté, l’universitaire Ahmed Hamdi a rappelé l’importance de la «communication culturelle» et la nécessité de lui «créer un environnement», propice à une propagation de proximité, évoquant les temps passés où le «climat culturel» était des plus riche. Il a également rappelé la nécessité de prendre en charge de «manière effective la gestion de la promotion et de la diffusion des projets culturels».
Le maître de conférences en sciences de l’information et de la communication de l’université d’Oran, Fayçal Sahbi, a quant à lui noté l’interdépendance entre les concepts de «culture» et de «communication», citant, entre autres, le postulat du philosophe italien Umberto Eco (1932-2016) qui définit la sémiologie comme l’«étude d’un acte culturel, considéré comme une opération de communication».
Faisant remarquer le «flou conceptuel» dans la compréhension de ce que pourrait être la culture et l’«absence de la dimension culturelle» dans l’acte de communication, le conférencier a souligné l’«impossibilité d’imposer une offre culturelle spécifique», appelant à travailler sur les «conditions politiques à réunir pour une meilleure communication de l’offre culturelle».
L. B.

Article récent

Le 30 Novembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img