32.9 C
Alger
vendredi 12 août 2022

Crise de l’oxygène, vaccination, situation épidémique: Benbouzid parle d’amélioration, mais prudence…

Le nombre de cas de contamination au Covid-19 baisse, alors que la vaccination progresse : la situation épidémiologique s’améliore en Algérie, a indiqué le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid. Mais la prudence reste de mise et les règles sanitaires doivent encore être respectées pour éviter une nouvelle vague, a-t-il insisté.

Par Louisa Ait Ramdane

La courbe des infections s’infléchit, la campagne de vaccination s’améliore, c’est le constat fait par le ministre de la Santé. Notant que la situation épidémiologique s’améliore, telle que l’indique la diminution de la courbe des contaminations, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, n’en pas moins appelé à continuer à observer la prudence et le respect des mesures préventives. «Cette amélioration ne doit guère laisser les gens croire que le pandémie a disparu. De ce fait, la prudence et la vigilance doit être de mise», a déclaré Benbouzid dans un entretien accordé au média spécialisé Santénews-dz. Le ministre de la Santé est revenu sur la 3e vague de la pandémie, amorcée début juillet, qui a été caractérisée par la prédominance du redoutable variant Delta et par une très forte tension sur l’oxygène. Selon ses explications, le problème de l’oxygène trouve sa source dans la très forte demande, inattendue sur ce produit vital. «La demande sur l’oxygène a augmenté au point où on ne parle que de cela», a-t-il expliqué, indiquant que «l’offre existe mais la demande a dépassé la production». Selon lui, l’approvisionnement en oxygène s’est heurté également à un problème de transport et de distribution. Le manque de coordination est un autre facteur aggravant de cette crise de l’oxygène, a ajouté Benbouzid, précisant que la production de cette substance vitale ne relève pas des missions du ministère de la Santé, mais plutôt du ministère de l’Industrie. «Les décès sont liés à la maladie. La plupart des malades arrivent à l’hôpital avec des poumons ravagés. Même si on les alimente en oxygène, ils n’avaient pas de fortes chances de survivre», a relevé Benbouzid, assurant qu’il n’a jamais été question de faire le tri entre les malades à mettre sous oxygène et d’autres pas. Pour remédier au problème de l’oxygène, il a annoncé que l’État a acquis des milliers de concentrateurs répartis sur toutes les wilayas. Cela, parallèlement aux concentrateurs acquis par des particuliers et des opérateurs économiques. Il a promis également que cet épisode du manque d’oxygène ne risque plus de se reproduire et que toutes les leçons ont été tirées.
La situation épidémiologique continue de s’améliorer. En appui à cela, le premier responsable de secteur de la Santé a dévoilé les dernières données concernant la pandémie de Covid-19. En effet, le ministre a relevé que le pic des contaminations a été atteint le 29 juillet près de 2 000 cas. «Nous avons redouté une augmentation plus importante, sachant que les hôpitaux étaient saturés», a signalé le ministre de la Santé, qui dit avoir recensé près de 16 000 malades dans les hôpitaux, notamment à Alger, Tizi-Ouzou, Sétif et Blida. «La courbe est descendante, nous espérons qu’elle va durer», a-t-il espéré. «Grâce aux efforts fournis, le problème a été surmonté, la courbe des contaminations a commencé à baisser lentement de 100 cas à 200 par jour, et les choses s’améliorent quelque peu», a ajouté le ministre de la Santé. Le nombre de patients hospitalisés a également diminué pour atteindre 2 500 patients dans la capitale et 1 900 à Tizi Ouzou, portant le nombre total de patients à travers le pays à 13 500 patients à ce jour.

La vaccination étendue aux moins de 18 ans
En ce qui concerne l’opération de vaccination, le ministre a souligné que les résultats de la vaccination portent leurs fruits, car les symptômes ne sont pas dangereux. A ce propos, le ministre a ajouté que  6 millions de citoyens on été vaccinés durant le mois de juillet et 70 % d’entre eux ont plus de 18 ans. Ainsi, la campagne sera bientôt élargie aux moins 18 ans, expliquant cette démarche par les spécificités du variant Delta qui touche de plus en plus des sujets jeunes.
«Au rythme actuel de la vaccination, d’ici à la fin de l’année on atteindra 30 millions de vaccinés. C’est notre défi», a assuré le ministre. Avec la rentrée scolaire prévue pour le 21 septembre, une réflexion est d’ores et déjà lancée pour vacciner les 800 000 personnels de l’Education nationale, a ajouté Benbouzid.
L’objectif est d’atteindre l’immunité collective, autrement dit la vaccination de 20 millions de personnes avec deux doses, c’est-à-dire 40 millions de doses de vaccin devront être mises à disposition. S’agissant du scénario d’une 4e vague du Covid-19, le ministre de la Santé, qui ne l’exclut pas, a affirmé que ses services sont néanmoins mobilisés. «Nous devons prendre toutes les précautions et être à l’affût de toute nouvelle vague. Nous allons accélérer le rythme des vaccinations à partir de septembre. Nous relèverons le défi de vacciner 30 millions de personnes d’ici 3 mois», a-t-il conclu.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img