23.9 C
Alger
samedi 25 mai 2024

Criminalité

L’immigration massive qu’a connue ces dernières années l’Europe cause de plus en plus de problèmes aux populations locales qui n’hésitent plus à demander à leurs dirigeants des mesures fermes. La naïveté de certains Européens face aux conséquences d’une immigration de masse ne peut survivre au réel, expliquant également les défaites ces dernières années des partis de gauche dont les discours immigrationnistes ne séduisent plus. Face à une montrée de la criminalité, la ministre allemande de l’Intérieur, Nancy Faeser, plaide ainsi aujourd’hui la «tolérance zéro». Le patron de la police judiciaire allemande, lui, appelle avant tout à une meilleure intégration. La ministre n’avait pas de bonnes nouvelles à annoncer il y a quelques jours en détaillant les statistiques de la criminalité de l’année écoulée. Les autorités ont enregistré 5,941 millions d’infractions, une augmentation de 5,5 % par rapport à 2022 et de 9,3 % par rapport à 2019, la dernière année avant la pandémie de Covid-19. La proportion des mis en cause étrangers a augmenté de 17,8 % à environ 923 000, tandis que celle des Allemands était en hausse de
1 % à 1,32 million. Des chiffres sur lesquels le parti d’extrême droite AfD (Alternative für Deutschland), deuxième force du pays, entend capitaliser. «Il n’y a jamais de justification à la violence. Dans ce domaine, ma devise est sans équivoque : tolérance zéro». La ministre sociale-démocrate de l’Intérieur joue la carte de la fermeté et préconise des expulsions plus conséquentes des étrangers auteurs d’infractions. Cela signifie «une intervention conséquente de la police et des procédures rapides, des condamnations et des peines tangibles», a-t-elle poursuivi. Les étrangers condamnés devraient quitter l’Allemagne «beaucoup plus rapidement que jusqu’à présent», a-t-elle martelé, souhaitant une accélération des procédures, soulignant aussi l’importance de mesures de prévention. Que les personnes originaires d’autres pays soient «par principe plus criminelles (…) ce n’est pas vrai», a relevé le patron de la police judiciaire allemande (BKA), Holger Münch, appelant avant tout à une meilleure intégration. L’augmentation globale de la criminalité est aussi liée à la suppression des restrictions dues au Covid-19. 2023 étant la première année où la vie publique est redevenue en grande partie normale. Cela expliquerait aussi en partie la hausse du nombre de jeunes délinquants observée l’an passé, selon le rapport qui évoque des «effets de rattrapage typiques». L’été dernier, Berlin avait annoncé suspendre l’accueil volontaire de demandeurs d’asile en provenance d’Italie en raison de «la forte pression migratoire vers l’Allemagne». En novembre, une série de mesures destinées a endigué les flux migratoires irréguliers et à durcir la politique d’asile avaient été prises. Les politiques migratoires ont ainsi été un échec cuisant et l’Allemagne est partiellement responsable d’afflux massif de migrants en Europe après qu’Angela Merkel ait en 2015 décidé d’ouvrir les frontières de son pays, provoquant un appel d’air sans précédent. Les politiques européens commencent tout juste à prendre la mesure de l’insatisfaction des peuples européens qui, s’ils sont hospitaliers, ne supportent plus l’insécurité qui découle des apports importants de populations.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img