18.9 C
Alger
mercredi 28 septembre 2022

Covid-19/Tunisie: Le système de santé considéré comme «effondré»

Le gouvernement tunisien a approuvé, jeudi, un projet de loi fondamentale relative à la réglementation de l’état d’urgence sanitaire, au moment où la porte-parole officielle du ministère de la Santé, Nissaf Ben Alaya, considérait le système de santé de son pays comme «effondré».

Par Moncef G.

D’après la Présidence du gouvernement tunisien, un Conseil des ministres a approuvé, lors d’une réunion tenue ce jeudi et présidée par le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, un projet de loi portant sur l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, en plus d’un certain nombre de projets.
Le Chef du gouvernement a souligné, à cette occasion, l’importance de la loi fondamentale relative à l’organisation de l’état d’urgence sanitaire pour encadrer le travail accompli par toutes les parties en cas de propagation des épidémies, en accélérant la mise en œuvre de mesures liées à la lutte contre la pandémie de Covid-19.
L’état d’urgence sanitaire permet au gouvernement d’avoir des pouvoirs plus larges dans le cadre de la maîtrise de la situation sanitaire et de prendre des mesures exceptionnelles pour freiner la propagation de l’épidémie en préservant la vie des citoyens.
Dans ce sens, le gouvernement a mis en place toutes les capacités logistiques, humaines et matérielles pour résister à cette pandémie, fournir le plus grand nombre de vaccins aux citoyens et protéger le système de santé, «qui souffre de nombreuses difficultés et lacunes et pour éviter qu’il ne s’effondre dans cette situation sanitaire difficile que connaît le pays», selon un communiqué du gouvernement tunisien.
L’état d’urgence sanitaire permet également au gouvernement d’approuver un confinement partiel ou général, de déterminer et de surveiller la résidence des personnes infectées et suspectes, de limiter leurs déplacements, y compris l’isolement sur leur lieu de résidence, d’imposer des restrictions à la liberté de circulation des personnes et moyens de transport, fermer les commerces ouverts au public et empêcher l’organisation de rassemblements, d’activités et de manifestations toutes catégories confondues.
Dans une déclaration, la porte-parole du ministère tunisien de la Santé, Nissaf Ben Alaya, a affirmé que la commission nationale de la lutte contre le Covid-19 a décidé, ce jeudi, d’interdire la circulation interprovinciale à compter de ce jeudi et de maintenir les mesures déjà en vigueur jusqu’au 31 du mois courant.
Le couvre-feu sera, par conséquent, maintenu de 20h00 à 05h00 jusqu’à la fin du mois de juillet courant.
Elle a regretté que la pandémie «ait touché tous les pays du monde (…) la Tunisie traverse, actuellement, une conjoncture sanitaire catastrophique, d’autant plus que le virus est en train de faire des ravages et de se propager à grande vitesse dans le pays».
Citée par la radio privée, Mosaïque, Ben Alaya a mis en garde qu’il y a eu une invasion du variant Alpha en avril et mai, puis la souche indienne Delta ayant causé la nouvelle vague actuelle avec un taux de contagion de 70 %.
La propagation de ce virus est très rapide, a-t-elle expliqué : le système sanitaire s’est écroulé et le corps médical est complètement dépassé.
«Les lits de réanimation et d’oxygène ne sont quasiment plus disponibles (…) le taux de contamination au Covid-19 est en augmentation, ainsi que le nombre de décès», a-t-elle précisé.

8 315 nouvelles contaminations et 126 décès au cours des dernières 24 heures
Le ministère tunisien de la Santé a signalé 8 315 nouveaux cas positifs de Covid-19, suite à 23 952 analyses virologiques au cours des 24 dernières heures.
En une journée, le bilan des décès, causés par la maladie, fait état de 126 décès supplémentaires.
Ainsi, la Tunisie totalise 473 229 cas confirmés de Covid-19 depuis le 2 mars 2020, dont 15 861 décès et 375 756 guérisons.
A la date du 7 juillet, 4 087 Tunisiens, atteints de Covid-19, sont toujours hospitalisés, dont 630 en réanimation et 159 placés sous respiration artificielle.
Le ministère tunisien de la Santé prévoit de recevoir 1 270 750 doses de vaccins contre le nouveau coronavirus fin juillet, sous forme d’achats directs, dont 40 000 doses des laboratoires Spoutnik et plus de 906 000 doses de ceux de Pfizer.
Par ailleurs, 324 000 doses du vaccin AstraZeneca seront également reçues en juillet 2021 dans le cadre de l’initiative mondiale Covax.
Il est à noter qu’au 117e jour de la campagne nationale de vaccination, 707 142 Tunisiens sont complètement vaccinés contre le Covid-19 parmi 3 152 332 inscrits sur la plateforme électronique Evax.

Face à la hausse des cas, la Libye ferme ses frontières avec la Tunisie
La Libye a décidé jeudi de fermer ses frontières avec la Tunisie et de suspendre les liaisons aériennes pendant une semaine avec ce pays voisin où la situation sanitaire est catastrophique, a affirmé un porte-parole du gouvernement.
«Compte tenu de l’aggravation de la situation épidémiologique en Tunisie, de la hausse des nombres de contamination et l’annonce par le ministère tunisien de la Santé de l’effondrement du système de santé, le Conseil des ministres a décidé de fermer les frontières terrestres et aériennes pendant une semaine à compter de (jeudi) minuit», a annoncé le porte-parole du gouvernement libyen, Mohamad Hamuda.
Les hôpitaux en Tunisie connaissent depuis deux semaines un important afflux de patients durant cette vague de propagation du Covid-19, qui atteint des niveaux inédits, amenant les autorités tunisiennes a qualifié la situation de «catastrophique».
La Libye, pays de moins de sept millions d’habitants, a officiellement enregistré 199 526 cas de coronavirus, dont 3 227 décès depuis le début de l’épidémie, selon le dernier bilan des autorités.
La Tunisie est l’un des seuls pays, avec la Turquie et l’Egypte, où les avions libyens sont autorisés et qui accepte les ressortissants libyens sans visa, notamment ceux, nombreux, qui s’y rendent pour des soins médicaux.
M. G.

Article récent

Le 28 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img