17.9 C
Alger
vendredi 18 juin 2021

Covid-19 : Afflux sur les chapiteaux dédiés à la vaccination

Dès l’installation, dimanche dernier, des chapiteaux dédiés à la vaccination contre la pandémie de Covid-19, les citoyens affluent de partout. Certains se jettent directement à l’eau, d’autres se renseignent mais finissent par se faire vacciner, suite aux explications du personnel médical et la facilitation de l’opération de vaccination en elle-même.

Par Thinhinene Khouchi

Le lancement de la vaccination de masse s’avère être une aubaine pour les citoyens qui attendaient depuis un moment leur tour pour se faire vacciner. En effet, depuis dimanche dernier, les chapiteaux dédiés à la vaccination contre la pandémie de coronavirus, installés dans quelques wilayas du pays, à savoir Alger, Oran, Blida, Djelfa, Sétif, Sidi Bel-Abbès et Tébessa pour une première phase, sont peuplés de monde. Pour Abdelkader, un retraité rencontré dans un chapiteau au niveau d’El Kettani, à Bab El Oued, attendant son tour pour se faire vacciner, «cela fait des semaines que j’attends, mais rien de nouveau. Heureusement qu’ils ont installé ces chapiteaux de vaccination, c’est proche, facile et sans rendez-vous». Et de préciser : «Ils demandent juste la carte d’identité et posent quelques questions sur votre santé. Après cela, vous attendez votre tour». Il ajoutera qu’il voulait se faire vacciner dès le premier jour de l’installation des chapiteaux à Bab El Oued, «mais vu l’afflux qu’il y avait, j’ai préféré attendre et repasser deux jours après pour qu’il y est moins de monde. Apparemment, il y en a toujours autant». Même affluence au niveau de la Place du 1er-Mai (ex-Champ de manœuvres), dans la commune de Sidi M’hamed, où des chapiteaux ont également été installés juste à proximité du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Mustapha-Pacha. Les citoyens, notamment ceux atteints de maladies chroniques et les personnes âgées, viennent de partout pour se faire vacciner. Dans le chapiteau où les citoyens attendaient leur tour, d’ailleurs bondé, on ne parlait que du vaccin et de ses effets secondaires, avons-nous constaté. Certains racontaient leur expérience concernant l’inscription sur la plateforme numérique qui n’a finalement pas abouti. «Je me suis inscrite sur la plateforme numérique pour me faire vacciner et j’ai attendu plus d’un mois pour qu’on me contacte par téléphone. Mais à ce jour, aucun rendez-vous ne m’a été accordé», nous confie une dame âgée venue se faire, elle et son mari, vacciner. Devant ces chapiteaux, certains sont curieux, demandant quel vaccin est administré. «On dit que le vaccin chinois Sinovac est le meilleur !», nous dira un monsieur âgé d’une soixantaine d’années qui attendait une confirmation de notre part. Ce dernier a fini par se décider à se faire vacciner après les explications du personnel médical qui lui a assuré que «les anticoronavirus disponibles sont ceux qui ont été récemment réceptionnés par l’Algérie, à savoir le chinois Sinovac et l’anglo-suédois AstraZeneca, les deux efficaces». En outre, il est à noter qu’en attendant l’ élargissement de cette opération de vaccination de masse à d’autres communes et wilayas (20 wilayas en tout) dans les prochains jours, au niveau de la structure mise sur pied à El Kettani plus de 200 personnes se sont vu administrer l’anti-Covid-19 le premier jour (dimanche) et plus de 300 le deuxième jour (lundi), la majorité étant des malades chroniques et des personnes âgées. Par ailleurs, selon le personnel médical rencontré au niveau de ces chapiteaux, «pour recevoir l’anti-Covid-19, il ne faut pas être malade, sous traitement ou avoir une fièvre ou des symptômes grippaux, par exemple, comme pour tout autre vaccin d’ailleurs». Pour ceux qui ont déjà contracté la maladie de Covid-19, il faut en avoir été guéri pendant au moins les «trois mois précédents». Enfin, il est à rappeler que lors du lancement de cette opération, le directeur général de la prévention au ministère de la Santé et porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie, Djamel Fourar, avait annoncé la réception, d’ici fin juin, de 5 millions de doses de vaccins et une importante quantité au mois de juillet. Selon lui, ces sites de vaccination de proximité vont permettre de renforcer la couverture vaccinale, précisant que tout a été mobilisé pour assurer le bon déroulement de cette opération et soulignant la demande importante de la part des citoyens pour la vaccination contre le Covid-19. Il dira que les personnes qui sont inscrites au niveau de la plateforme du ministère de la Santé peuvent se faire vacciner sur ces lieux, au même titre que les personnes qui ne sont pas inscrites. «Les citoyens qui veulent se faire vacciner devraient effectuer une consultation pré-vaccination et soumis à un interrogatoire pour connaître si leur état de santé leur permet de se faire vacciner», a-t-il expliqué, précisant que toute personne vaccinée doit rester une demi-heure sous surveillance. Les personnes qui ont bénéficié de la première dose de vaccin seront inscrites sur une liste pour être par la suite rappelées afin de recevoir un mois après la deuxième dose du vaccin «AstraZeneca» et 6 semaines pour «Sinovac».

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img