20.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

Coronavirus / Variant Omicron : les spécialistes appellent à la vigilance et à la vaccination

Suite à l’émergence d’une nouvelle souche mutée du virus corona, baptisée Omicron, depuis quelques jours en Afrique du Sud avant de se propager dans 10 autres pays à travers le monde, les spécialistes appellent à la vigilance, à la prudence et la vaccination massive.

Par Louisa Ait Ramdane

L’inquiétude grandit face à un nouveau variant du coronavirus. Il s’agit de la version la plus fortement mutée découverte à ce jour, selon les médecins. L’émergence de cette nouvelle souche en Afrique du Sud a alarmé de nombreux pays qui se sont précipités pour imposer des restrictions de voyage.
En réaction à cette nouvelle menace, le Professeur Mahyaoui, membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, n’a pas manqué d’insister sur le retour en force du port du masque et du respect de la distanciation sociale. Dans un entretien accordé à un journal arabophone, le spécialiste à indiqué que le citoyen doit s’armer de vigilance et de prise de conscience quant à la virulence du virus.
Bien que l’Algérie n’ait enregistré aucun cas de contamination au nouveau variant, le spécialiste estime qu’il est extrêmement important de prendre toutes les précautions nécessaires, notamment avec les pays ayant beaucoup de relations avec l’Afrique. Cependant, Ryad Mahyaoui a expliqué que la décision de fermeture des frontières, comme mesure préventive contre le virus «Omicron» revient aux autorités du pays. Néanmoins, un rapport sur cette nouvelle mutation sera confié aux autorités compétentes, dans l’attente d’une prise de décision adéquate, a-t-il annoncé. «Grâce au test PCR de moins de 36 h, ainsi que les tests de dépistage à l’arrivée, nous sommes assez armés», tient tout de même à rassurer le Pr Mahyaoui.
De son côté, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a également rappelé «l’urgence de l’adhésion à la vaccination afin de contrôler la circulation des virus et, par là, les variants», notamment le variant B.1.1.529 (Omicron). «Les mesures barrières (port de masques de protection, distanciation physique et lavage fréquent des mains) gardent toute leur importance face à cette pandémie», a souligné l’IPA, mettant en garde que «plus le virus circule, plus la probabilité d’apparition de variants est élevée». L’Institut a relevé que la situation épidémiologique en Afrique du Sud s’est caractérisée par «trois pics distincts de cas signalés, dont le dernier concernait principalement le variant Delta». «Ces dernières semaines, les infections ont connu une forte augmentation, coïncidant avec la détection du variant B.1.1.529. La première infection confirmée connue du B.1.1.529 provenait d’un spécimen prélevé le 9 novembre 2021», a précisé la même source. «Ce variant présente un grand nombre de mutations, dont certaines sont préoccupantes (plus de 30 mutations concomitantes)», a détaillé l’Institut Pasteur d’Algérie, prévenant que les données préliminaires suggèrent un «risque accru de réinfection avec ce variant, par rapport aux autres variants préoccupants».
Le nombre de cas semble augmenter dans presque toutes les provinces d’Afrique du Sud. Les diagnostics PCR actuels du SRAS-CoV-2 continuent de détecter cette variante. Plusieurs laboratoires ont indiqué que pour un test PCR largement utilisé, l’un des trois gènes cibles n’est pas détecté (appelé S gene dropout ou S gene target failure) et ce test peut donc être utilisé comme marqueur de cette variante, en attendant la confirmation par séquençage, a encore expliqué l’IPA.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img