16.9 C
Alger
samedi 1 octobre 2022

Coronavirus : Fourar se veut rassurant quant au variant britannique

Porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, Fourar explique «pour l’instant, il ne faut pas s’inquiéter, parce que nous avons réagi rapidement». Et d’ajouter que la propagation du virus a pu être contenue grâce aux enquêtes épidémiologiques menées immédiatement après la confirmation des deux cas enregistrés à Alger. «Nous avons réagi rapidement pour ce qui est des enquêtes épidémiologiques. Nous avons identifié les contacts, nous avons prélevé, nous avons pris des mesures de confinement, etc.», a-t-il détaillé, dans un entretien accordé au site électronique TSA. Dr Fourar insiste cependant sur le respect des mesures de prévention, rappelant que la campagne de vaccination ne doit pas remplacer les mesures barrières préconisées pour prévenir la propagation de la pandémie du Covid-19. «Il faut respecter les mesures barrières. L’hygiène des mains est indispensable, la distanciation sociale est plus qu’indispensable, et le port du masque est obligatoire», prévient le Dr Fourar, soulignant que « même si la campagne de vaccination bat son plein, il faut rester très vigilant. Ces jours ci, on s’aperçoit que les gens dehors ne respectent pas ces mesures barrières et ne portent pas de masque, surtout avec l’apparition du variant britannique», prévient-il. S’agissant la vaccination, il fera savoir que toutes les wilayas à travers le territoire national ont débuté leur campagne contre le Covid-19. «Cette semaine, nous avons distribué le vaccin qui est arrivé, celui de Sinopharm. Hier, il y avait plus de vingt wilayas qui ont déjà réceptionné leur quota de vaccin», précise-t-il. Selon lui, la campagne de vaccination est modulable et flexible en fonction de l’arrivée des doses de vaccin, ce qui fait que toutes les wilayas vaccinent maintenant les populations prioritaires», indique le Dr Fourar.

Près de 10 000 citoyens attendent leur rendez-vous
Pour ce qui est de la plateforme numérique de prise de rendez-vous, mise en place fin février, pour permettre au citoyen de s’inscrire au niveau de sa wilaya, de sa commune de résidence et de prendre rendez-vous au niveau d’une structure de santé, il explique que 10 000 inscriptions ont déjà été enregistrées. «Même si on a priorisé des populations, on est en train de faire vacciner d’autres populations concomitamment. Nous avons ouvert la plateforme numérique. À ce jour, on est à près de 10 000 enregistrements de citoyens qui attendent leur rendez-vous. Progressivement, ils vont recevoir leurs convocations pour être vaccinés», soutient le porte-parole du Comité scientifique. Pour Djamel Fourar, «Il n’y a pas de réticence de la part des citoyens. Cette vague d’enregistrements sur la plateforme digitale est un signe que les Algériens veulent se faire vacciner». «Il y a une demande qui est là. Les gens savent que la vaccination est un acte préventif qui va nous permettre d’immuniser l’ensemble de la population que nous voulons couvrir, près de 20 millions de personnes à couvrir pour qu’on ait une immunité de groupe», affirme-t-il.
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img