19.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Corée du Nord: Tir d’un missile intercontinental après la visite de Biden en Asie

La Corée du Nord a tiré une volée de missiles hier, dont probablement son plus gros missile balistique intercontinental, quelques heures après le départ de la région du président américain Joe Biden, venu en Asie notamment pour réaffirmer son soutien à Séoul et Tokyo face à la menace nucléaire de Pyongyang.

Par Mourad M.

En outre, «des essais d’un dispositif de détonation nucléaire en préparation d’un septième essai nucléaire ont été détectés», a déclaré Kim Tae-hyo, premier directeur adjoint du Bureau de la sécurité nationale sud-coréen, ajoutant qu’un essai nucléaire pourrait être imminent.
Selon Séoul, au moins trois missiles ont été tirés depuis Sunan, dans la banlieue de Pyongyang, en direction de la mer du Japon, à 06h00 (21h00 GMT), 06h37 et 06h42.
«Il a été jugé que le premier lancement était celui du nouveau ICBM, le Hwasong-17 – le plus gros missile balistique intercontinental que la Corée du Nord a déjà tenté sans succès de tester», a affirmé Kim Tae-hyo.
Cette salve, qui s’ajoute à une vingtaine d’essais tirés par Pyongyang cette année, a provoqué en réponse des tirs de missiles et la mobilisation d’avions de chasse américains et sud-coréens, les deux pays dénonçant les «provocations» continuelles du régime nord-coréen.
Séoul a dénoncé «un acte illégal en violation directe des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies», a déclaré le gouvernement sud-coréen à la suite d’une réunion du Conseil national de sécurité.
Les États-Unis ont également «condamné les multiples tirs de missiles balistiques de la RPDC», a indiqué un porte-parole du département d’État américain tard mardi, utilisant le nom officiel de la Corée du Nord et appelant Pyongyang «à s’abstenir de nouvelles provocations et à s’engager dans un dialogue de fond constructif».
«Le premier missile balistique (l’ICBM présumé) a eu une portée d’environ 360 kilomètres et une altitude d’environ 540 kilomètres», a précisé l’état-major sud-coréen dans un communiqué.
Le deuxième missile balistique «a disparu à une altitude de 20 kilomètres» et le troisième projectile – un missile balistique à courte portée présumé – a parcouru environ 760 kilomètres à une altitude d’environ 60 kilomètres.
Le ministère japonais de la Défense a déclaré que l’un des missiles balistiques avait suivi «une trajectoire irrégulière».
Pyongyang travaille sur la technologie permettant de manœuvrer les missiles après leur lancement, notamment une «technologie de vol plané hypersonique», qui rendrait plus difficile l’interception par les systèmes de défense antimissile.
Le régime nord-coréen, sous le coup de sanctions des Nations unies pour ses programmes d’armement, a accéléré ses essais de missiles ces derniers mois, blâmant l’attitude «hostile» des États-Unis.
Il a testé en mars un missile balistique intercontinental pour la première fois depuis 2017. Et les services de renseignement sud-coréens et américains le soupçonnent de préparer un essai nucléaire imminent, qui serait son premier en cinq ans.
Les essais ont été «clairement programmés pour le retour du président Biden après sa visite en Corée du Sud et au Japon», a estimé Park Won-gon, professeur à l’université Ewha à Séoul.
Pendant son séjour à Séoul, le président américain et son nouvel homologue sud-coréen Yoon Suk-yeol ont, selon ce dernier, évoqué une intensification de leurs exercices militaires conjoints, ainsi qu’un déploiement dans la péninsule d’avions de chasse ou de missiles, «pour se préparer à une attaque nucléaire».
Selon M. Park, les tirs de missiles nord-coréens visaient à montrer «les objections de la Corée du Nord» à ces annonces.
Peu avant de quitter la Corée du Sud dimanche pour le Japon, interrogé par un journaliste qui lui demandait s’il avait un message pour le dirigeant nord-coréen, Joe Biden a répondu par un laconique : «Bonjour. Point final».
Une façon de faire savoir que Washington reste ouvert au dialogue avec la Corée du Nord, même en l’absence de réciprocité.
Les pourparlers avec Pyongyang sont au point mort depuis l’échec d’un sommet en 2019 entre M. Kim et le président américain de l’époque, Donald Trump. Le régime nord-coréen a ignoré toutes les offres de dialogue formulées par Washington.
Le ministre des affaires étrangères de Séoul, Park Jin, et le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, se sont entretenus au téléphone après les lancements d’hier, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

M. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img