20.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

Convention

L’alliance du Parti socialiste avec La France Insoumise pour les élections législatives du 12 juin a fait grincer les dents chez de nombreux socialistes historiques, en allant de François Hollande a plusieurs de ses ministres. Pourtant, la direction du PS n’a que très peu hésité, ne consultant ni les adhérents du parti ni ses cadres, à rejoindre la coalition d’extrême-gauche, estimant que c’était la seule manière qu’avait le PS de garder une influence à l’Assemblée Nationale. Cette semaine, le juge des référés du tribunal de Créteil a donc demandé au PS d’organiser sous trente jours une convention nationale portant sur l’accord de la nouvelle alliance de la gauche, une décision qui ne remet pas en cause l’accord, a indiqué, hier, la numéro 2 du PS. Selon le jugement rendu mardi en fin de journée, l’accord de la nouvelle union populaire écologique et sociale (NUPES), conclu le 6 mai avec LFI, EELV et le PCF, a été dûment adopté par le Conseil national du parti mais «aurait dû faire l’objet d’une convention nationale», a expliqué la numéro 2 du parti, Corinne Narassiguin, précisant que le PS avait fait appel de cette décision. Le juge a demandé au Parti socialiste d’organiser une convention nationale dans un délai de 30 jours, «soit inévitablement après les élections législatives, car il est impossible d’organiser une telle convention plus rapidement», a-t-elle précisé, en tenant compte du temps nécessaire pour voter préalablement dans les sections, puis les fédérations, pour désigner les délégués de la convention nationale. «Cette décision ne remet pas en cause l’accord, ni les investitures du PS, ni le soutien du PS aux candidats des autres partis de la Nupes. Rien de ce que nous avons fait n’a été invalidé», a-t-elle insisté. De plus, alors que les plaignants, quatre militants non candidats aux législatives et qui n’ont pas de responsabilités dans les instances du PS, réclamaient un vote pour valider l’accord, «rien dans le jugement ne nous oblige à organiser une convention nationale avec vote», a-t-elle ajouté. «Dans le passé, nous avons fait d’autres accords qui ne sont jamais passés par une convention nationale», souligne-t-elle, estimant qu’il s’agit de «manœuvres politiciennes destinées à alimenter la division de la gauche, et qui favorise Emmanuel Macron et ceux qui préparent le prochain congrès du PS avec pour objectif de renverser la direction actuelle». «L’accord politique qui unit LFI, EELV, le PCF et le PS est plus vivant que jamais et notre campagne se poursuit sans changement», a-t-elle écrit dans un message interne au PS. Elle a rappelé que le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, était justement en déplacement hier à Caen, avec le chef de file des insoumis Jean-Luc Mélenchon, pour soutenir des candidats de la NUPES. Reste à voir quel sera l’avenir politique du PS après les législatives, après la lourde défaite et l’humiliation subie à la présidentielle avec une candidate socialiste ne récoltant que 1.75 % des suffrages. Le tout puissant parti à la rose est, en moins de dix ans, passé de parti présidentiel avec une majorité de députés à l’Assemblée Nationale à un parti contraint de mendier une alliance avec l’extrême-gauche pour continuer à subsister dans le champ politique. Ces militants eux, ont depuis longtemps rejoint Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon, ne laissant qu’une poignée de fidèles à la loyauté exceptionnelle qui espèrent peut-être que le flamboyant parti d’autrefois renaisse de ses cendres.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img