18.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Consultations pour la formation du gouvernement : Tebboune reçoit le MSP et le RND

Le président de la République poursuit ses consultations politiques en vue de la formation d’un nouveau gouvernement. Hier, Abdelmadjid Tebboune a reçu le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri et le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni.

Par Aomar Fekrache

«Dans le cadre des consultations politiques élargies pour la formation du gouvernement, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu M. Abderrazak Makri, président du MSP, à la tête d’une délégation de dirigeants du parti, et M. Tayeb Zitouni, SG du RND, accompagné de membres du Bureau national du parti», précise un communiqué de la Présidence de la République. Les deux partis en question sont classés troisième et quatrième au scrutin du 12 juin dernier. Le MSP avait obtenu 65 sièges, alors que le RND a eu 58 sièges. Ces deux partis étaient classés derrière les indépendants et le FLN, reçus, eux, avant-hier, par le chef de l’Etat. Ces deux formations politiques que tout sépare, comptent jouer un rôle actif à la prochaine législature. Le MSP, parti relevant du courant islamiste, avait pour objectif de gagner ces élections et son leader, Abderrazak Makri, avait affiché son ambition de chapeauter le prochain gouvernement. Lors d’une conférence de presse animée après l’annonce des résultats, le président du MSP a toutefois indiqué que son parti était «très satisfait» des résultats obtenus, les qualifiant d’«historiques» car traduisant «la force du mouvement sur la scène politique». A une question relative à la participation du parti au prochain gouvernement, Makri avait expliqué que «cette décision devra être prise par le Conseil consultatif (Majliss Choura) du mouvement». Le MSP a également appelé à la formation d’un gouvernement d’union nationale. De son côté, le RND avait estimé que les résultats des élections législatives étaient «très positifs» pour le parti qui «reste en tête avec les plus grands partis politiques en Algérie». Son secrétaire général, Tayeb Zitouni, n’avait pas écarté l’entrée dans des alliances politiques au sein du Parlement, «à la condition d’être au service de l’intérêt du pays afin de réaliser un rebond qualitatif dans le développement économique et social». Concernant la formation du nouveau gouvernement, il avait soutenu que «le président de la République était libre de procéder à la formation d’un nouveau gouvernement partant de la majorité ayant obtenu la confiance du peuple», estimant que «le RND, qu’il soit au sein ou à l’extérieur du gouvernement, devra formuler des suggestions pour le traitement des problèmes socio-économiques du pays». Durant la campagne électorale, M. Zitouni avait appelé à une alliance des partis du courant nationaliste. Il est à préciser, par ailleurs, que l’audience s’est déroulée en présence de Noureddine Bardad-Daidj, directeur de cabinet à la Présidence de la République, Mohamed El Amine Messaid, secrétaire général de la Présidence de la République, et Boualem Boualem, conseiller auprès du président de la République chargé des affaires juridiques et judiciaires.

A. F.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img