9.9 C
Alger
mardi 21 mai 2024

Constitution des listes de candidature pour les élections locales: Les partis politiques en difficulté

Les élections locales du 27 novembre prochain ont mis les partis politiques en difficulté et révélé les limites de bien d’autres. Curieusement, aucune formation politique n’est parvenue à présenter des listes de candidature à travers la totalité des Assemblées (APC et APW) du pays. Même le FLN, qui a l’habitude d’être représenté à travers toutes les Assemblées au territoire national, sera, à la prochaine échéance, absent dans près de 200 municipalités, apprend-on de sources médiatiques. L’incapacité des candidats à collecter le nombre de signatures exigées est la principale cause de la défection des partis dans plusieurs communes. A cela s’ajoute la fermeté affichée par les délégations de wilaya de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) dans le traitement des dossiers de candidature qui lui sont soumis. En conséquence, aucune formation politique n’est parvenue à constituer des listes à travers toutes les Assemblées élues et dans certaines communes aucune liste électorale n’a été constituée. A cela, il faut ajouter la persistance du forcing des indépendants. Ces derniers devraient d’ailleurs, à l’image des législatives passées, concurrencer les partis traditionnels et remporter un grand nombre d’Assemblées. A Tizi Ouzou, à titre d’exemple, un total de 144 listes de candidature a été déposé auprès de la délégation de l’Anie. Il s’agit de cinq listes pour l’APW déposées par le FLN, le RND et le FFS, et deux listes d’indépendants. Pour les APC, 139 listes sont en lice, à savoir le FFS avec 38 listes, le PT avec 3 listes, le RND avec 2 listes, et le FLN et Al Moustaqbel avec une liste chacun ainsi que 94 listes d’indépendants. Il est à relever, par ailleurs, l’absence de listes dans cinq communes.
A Béjaïa, l’on enregistre le dépôt des dossiers de candidature par un total de 54 partis politiques et 52 listes d’indépendants.L’importante présence des indépendants à travers la quasi-totalité des wilayas du pays renseigne sur un essoufflement des partis politiques, désormais incapables de convaincre et de capter l’intérêt des citoyens.
Et pour preuve, aux partis qui avaient déjà annoncé leur non participation à la prochaine échéance électorale, un autre vient s’ajouter et renonce à cette joute électorale, à savoir le Mouvement Ennahda. Une décision que ce parti islamiste avait rendue publique hier, via un communiqué, tout en imputant la responsabilité de cette défection «aux conditions impossibles liées au nombre de signatures, les renseignements à apposer, la méthode de constitution des listes…». Mais cela suffira-t-il pour autant à justifier l’incapacité de certains partis à élaborer des listes, sachant que d’autres candidats, indépendants, parfois sans expérience ni moyens ou base militante, ont bel et bien surmonté les «entraves» et validé leur candidature. En attendant les résultats de cette élection des Assemblées communales et de wilaya, force est de relever que des groupes de candidats, sans casquette politique, ont toutes les chances de supplanter les partis classiques et tirer leur épingle du jeu.
Aomar Fekrache

Article récent

ok tope

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img