16.9 C
Alger
mercredi 22 mai 2024

Conspirateur

Si les démocrates américains se délectent des démêlés de Donald Trump avec la justice, ils oublient bien trop souvent de balayer devant leur porte. Car si l’ex-président était devant la justice la semaine dernière pour des soupçons de fraude à New York, le maire de la ville, le démocrate d’Eric Adams, fait l’objet d’une enquête fédérale pour corruption. Des agents du FBI ont en effet saisi les téléphones et des appareils électroniques de l’édile de la «Grosse Pomme», dans le cadre d’une enquête fédérale sur le financement de sa campagne, a affirmé vendredi 10 novembre un de ses avocats. Ces saisies seraient liées à une enquête pour corruption visant à déterminer si, lors de sa campagne pour la mairie de New York en 2021, Eric Adams a conspiré avec le gouvernement et des ressortissants turcs. «Lundi soir, le FBI a approché le maire à l’issue d’un événement. Le maire a immédiatement donné suite à la demande du FBI et leur a remis des appareils électroniques», a déclaré Boyd Johnson, l’avocat de la campagne, dans un communiqué. «Il n’a été accusé d’aucun acte répréhensible et continue de coopérer à l’enquête», a-t-il ajouté. «J’attends de tous les membres de mon équipe qu’ils respectent la loi et qu’ils coopèrent pleinement à toute forme d’enquête», a indiqué Eric Adams dans un communiqué publié vendredi. «C’est exactement ce que je continuerai à faire», a-t-il déclaré, assurant qu’il «n’a rien à cacher». L’enquête fédérale concernant la campagne d’Eric Adams a été rendue publique la semaine dernière, lorsque des agents du FBI ont perquisitionné le domicile de la responsable de la collecte de fonds pour sa campagne, une stagiaire de 25 ans, Brianna Suggs, et saisi des ordinateurs et des téléphones portables ainsi qu’une chemise cartonnée portant la mention «Eric Adams». La semaine dernière, à la suite de cette perquisition, le maire a quitté précipitamment Washington, où il devait rencontrer des responsables de la Maison-Blanche et du Congrès au sujet de l’afflux de migrants dans sa ville, afin de retourner à New York. Selon le «New York Times», le mandat de perquisition du domicile de Brianna Suggs visait à obtenir des preuves d’un complot entre la campagne du maire, le gouvernement turc et un promoteur immobilier de Brooklyn dont les propriétaires sont turcs. Le mandat aurait indiqué que les autorités cherchaient à savoir si des dons du gouvernement ou de ressortissants turcs ont été versés à Eric Adams via un système dans lequel de faux contributeurs auraient été répertoriés. Le lien entre la saisie des appareils d’Eric Adams et la perquisition chez Brianna Suggs n’est pas encore clair. L’enquête qui vise le maire de la métropole américaine invoque également Bill de Blasio, qui avait lui-même fait l’objet d’une enquête concernant ses collectes de fonds, classée sans suite et qui n’avait pas nui à sa réélection en 2017 pour un second mandat. Toutefois, ses ennuis avec la justice, qui lui ont coûté une fortune et qui laissent planer un doute sur son intégrité, l’ont empêché de poursuivre sa candidature au Congrès après son départ de la mairie de New York. Ainsi, les démocrates qui s’empressent de faire des procès en pureté à tous leurs opposants devraient d’abord commencer par faire le ménage dans leurs rangs pour être capables, par la suite, de jeter l’anathème sur leurs opposants.

Article récent

le jour

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img