22.9 C
Alger
samedi 13 août 2022

Connexion lente et réseaux sociaux bloqués: Tout un pays paralysé à cause du Bac

C’est parti pour cinq jours de casse-tête pour les citoyens, mais surtout pour les entreprises qui effectuent tout leur travail sur Internet. Pis, chaque année depuis maintenant cinq ans, ni le ministre de l’Education, ni Algérie Télécom ne prennent la peine de prévenir quant à ces perturbations durant les épreuves du baccalauréat.

Par Thinhinene Khouchi

Comme prévu, toute l’Algérie va passer l’examen du Bac durant cinq jours. Pour cause, depuis maintenant plus de cinq ans, l’examen du baccalauréat ne passe pas inaperçu en raison des coupures d’Internet qui pénalisent tout le pays. En effet, pendant les épreuves du Bac, les réseaux sociaux, notamment Facebook, Twitter et WhatsApp, sont inaccessibles et Internet est perturbé. Ces coupures volontaires pour sécuriser l’examen national pénalisent les usagers ainsi que les entreprises qui effectuent tout leur travail sur Internet, leur causant ainsi un préjudice financier et moral. Cette mesure, prise suite à des fuites massives sur Internet de sujets des épreuves du baccalauréat en 2016 et qui a entraîné l’arrestation de dizaines de personnes, dont des cadres de l’Éducation nationale soupçonnés d’être impliqués dans ces fuites, «pénalise aujourd’hui encore les usagers et les entreprises, dont l’activité pour nombre d’entre elles repose sur Internet et sur le télétravail depuis la propagation du nouveau coronavirus», a indiqué Mustapha Zebdi, président de l’Association de protection et
d’orientation du consommateur et de l’environnement (Apoce) par téléphone, précisant que «déconnecter tout le pays nous met dans des situations désagréables». Ce dernier a estimé que les pouvoirs publics optent pour des «solutions temporaires au lieu de réfléchir à des solutions définitives». Ces coupures, selon le président de l’Apoce, ne manquent d’ailleurs pas de susciter non seulement la colère des abonnés, mais également celle des entreprises qui sont censées assurer leurs services en continuité grâce à Internet. «Les autorités doivent réfléchir à d’autres moyens pour lutter contre la fuite des sujets et la fraude. On ne peut déconnecter tout un pays à chaque épreuve du baccalauréat. Cette situation ne peut persister». A ses yeux, les autorités compétentes sont dans l’obligation de trouver une «alternative» pour garantir la crédibilité et l’intégrité du Bac sans pénaliser les abonnés de leur droit d’accéder à Internet. Il lance ainsi un appel aux pouvoirs publics afin de trouver des solutions «radicales et définitives», jugeant cette situation inadmissible.

Premier jour du Bac : le sujet de langue arabe abordable pour tous…
Les candidats aux épreuves du baccalauréat, filière Langues vivantes et Philosophie, ont unanimement convenu que l’épreuve de langue arabe était facile et accessible à tous.
Les candidats ont déclaré que «les questions du sujet étaient directes, on a pu y répondre facilement».
Même écho du côté des candidats filière Sciences expérimentales et Mathématiques qui nous ont confié que les questions de langue arabe, premier épreuve de la premier journée, étaient à leur portée. Les candidats ont ajouté que la sécurité était renforcée en plaçant 4 professeurs dans chaque salle d’examen.
A noter que le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, a donné hier le coup d’envoi des épreuves du baccalauréat (session 2021) à partir du lycée Ali-Boussehaba, dans la commune de Draria (ouest d’Alger).
En marge de cette journée, le ministre a rappelé que cet examen «se tient dans des circonstances exceptionnelles pour la deuxième année consécutive», affirmant que toutes les conditions ont été réunies pour assurer la réussite de ce rendez-vous qui intervient au lendemain de l’annonce des résultats de l’examen de fin de cycle primaire.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img