14.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Congrès international de gynécologie: L’organisation d’une formation continue en faveur des médecins soulignée

L’organisation d’une formation continue en gynécologie obstétrique en faveur des médecins, notamment ceux débutants, est jugée nécessaire, ont souligné, vendredi après-midi à Constantine, les participants à l’issue du 6e congrès international dédié à cette spécialité médicale.

Par Amel H.
La formation permettra aux praticiens concernés de se familiariser avec les nouvelles techniques de prise en charge de la femme enceinte, notamment en matière de diagnostic de différentes maladies, a révélé Ghaouti Benabadji, président de l’Association des gynécologues-obstétriciens privés d’Oran (AGOPO). Veiller à l’accompagnement de la femme enceinte, prendre connaissance des nouveaux traitements et améliorer la qualité des soins à travers le dépistage précoce en particulier, sont les autres objectifs recherchés dans le cadre de cette formation, a ajouté le même président au deuxième et dernier jour de ce congrès, initié par l’Association des gynécologues-obstétriciens privés de Constantine (AGOPC).
Les intervenants à cette rencontre scientifique ont insisté également sur la nécessité de s’organiser davantage entre associations activant dans ce domaine et à renforcer la tenue de ce genre d’événements scientifiques dans le but de sensibiliser les médecins et les femmes sur l’endométriose qui est une maladie immunitaire et génétique en même temps, ayant un impact négatif sur d’autres organes et provoque des douleurs sévères. L’endométriose, ont expliqué les mêmes intervenants, est une pathologie chronique qui touche la femme enceinte, dont les symptômes peuvent perdurer même après la ménopause. Pour sa part, Dr Monsouf Athmani, médecin gynécologue-obstétricien et membre à l’AGOPC, a préconisé le renforcement de la recherche scientifique dans ce domaine médical et l’élargissement des campagnes de prévention contre diverses maladies pouvant toucher la femme enceinte, incitant au dépistage précoce afin d’éviter des cas graves. Le même intervenant a souligné que ce congrès de deux jours a assuré, entre autres, un enseignement post universitaire de «qualité» et constitué une rencontre de formation continue des gynécologues-obstétriciens, des sages-femmes et des médecins résidents. Aussi, des ateliers sur l’échographie, la fertilité et l’endoscopie ont été également à l’ordre du jour de cette rencontre, qui a permis aux praticiens de se recycler, a affirmé, d’autre part, le président de l’AGOPC, Mohamed Boukerou. Il est à noter que ce congrès international a regroupé de nombreux médecins gynécologues-obstétriciens de pays étrangers, à savoir la France et le Liban ainsi que d’autres venus de différentes wilayas d’Algérie.
A. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img