9.9 C
Alger
mardi 21 mai 2024

Conférence internationale de Paris sur la Libye : Lamamra condamne la poursuite des ingérences étrangères

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamara, a réitéré l’appel de l’Algérie à l’adresse de toutes les parties étrangères pour respecter la souveraineté de la Libye, son intégrité territoriale et l’indépendance de ses décisions.

Par Meriem Benchaouia

Dans une allocution lors des travaux de la Conférence internationale de Paris pour la Libye, le ministre a fermement condamné la poursuite des ingérences étrangères, toutes formes confondues, dans les affaires internes de ce pays frère, et l’implication de certaines parties étrangères dans la violation de l’embargo sur les armes, en dépit de leur engagement aux conclusions des deux Conférences de Berlin et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. «La solution permanente, inclusive et définitive à la crise libyenne, tel que souligné à maintes reprises par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, ne saurait venir qu’à la faveur d’un processus consacrant le principe de l’appropriation nationale, un processus permettant aux frères libyens de s’acquitter d’un rôle éminent de leadership», a souligné le chef de la diplomatie algérienne. Sur cette base, l’Algérie a appuyé activement l’initiative de stabilisation de la Libye et salué la voie souveraine consacrée en matière de traitement des développements dans ce pays frère, a-t-il ajouté. Rappelant l’approche des élections générales en Libye, prévues courant décembre prochain, M. Lamamra a insisté sur l’impératif respect de cette échéance libyo-libyenne par excellence, un rendez-vous devant consacrer la volonté et la souveraineté du peuple libyen, toutes obédiences confondues, et avec ses différentes composantes dans le choix de ses dirigeants et la construction de l’avenir de son pays sans pression ni diktat aucun. Et de relever les efforts incessants de l’Algérie à la tête du groupe des pays voisins de la Libye et en collaboration avec les organisations régionales et internationales concernées, pour permettre aux frères libyens de concrétiser les objectifs de cette phase importante au mieux des intérêts de sauvegarde de la sécurité et de la stabilité de la Libye, ainsi que des pays voisins, d’ailleurs directement impactés par les développements dans ce pays. «L’Algérie se félicite du Plan d’action de la Commission militaire mixte pour le retrait des mercenaires, des combattants étrangers et des forces étrangères de manière progressive et synchronisée, prenant en ligne de compte les besoins et les craintes de la Libye», a-t-il ajouté. «Tout en insistant sur l’importance de traiter les défis relatifs à l’unification des institutions militaires et financières en Libye, mon pays demeure disposé à contribuer, de concert avec l’Union africaine, à la réussite de la réconciliation nationale libyenne, l’objectif étant de dégager un consensus permettant à la Libye de consolider son front interne et de retrouver sa place naturelle sur la scène internationale». «L’Algérie souhaite voir nos délibérations aboutir à un renouvellement de notre engagement collectif à œuvrer suivant une approche plus efficace en vue de relever les défis de l’heure sur la scène libyenne, des défis connus de tous et examinés en détail lors de nombreuses conférences».

Les participants soulignent la nécessité de tenir les élections à la date prévue
Les participants à la Conférence internationale de Paris sur la Libye ont souligné la nécessité de tenir les élections dans ce pays à la date prévue du 24 décembre prochain et de créer la Commission suprême de réconciliation nationale en Libye sous les auspices du Conseil présidentiel de transition. Le communiqué final de la Conférence a souligné «le plein respect de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale de la Libye et l’engagement de tous les pays participant à la conférence à cela, rejetant toute ingérence étrangère dans les affaires libyennes». Le document final a également salué les progrès réalisés pour la paix et la stabilité en Libye depuis la première conférence de Berlin, par «la signature d’un accord de cessez-le-feu, le 23 octobre 2020, l’adoption de la feuille de route politique libyenne à Tunis le 15 novembre 2020, et l’approbation du gouvernement de transition d’union nationale le 10 mars 2021». Selon le communiqué final, les pays participants ont réitéré «leur engagement à la réussite du processus politique libyen, à la pleine mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu signé le 23 octobre 2020 et à la tenue des élections présidentielles et législatives le 24 décembre 2021».

M. B.

Article récent

ok tope

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img