21.9 C
Alger
lundi 20 mai 2024

Conférence de presse du sélectionneur national Djamel Belmadi: «Atal a notre soutien, Belaïli et Mbolhi ne sont pas prêts»

Le sélectionneur national, Djamel Belmadi, a révélé que le défenseur Youcef Atal a tout son soutien, même s’il faut penser aussi à l’intérêt de la sélection nationale.

Par Mahfoud M.

«On connaît le problème de Youcef (Atal) après sa suspension et sa blessure aussi. C’est un coup dur pour lui, mais on doit être à ses côtés. C’est un problème qu’on doit régler intelligemment», a souligné Belmadi lors de la conférence de presse tenue hier au Centre technique national de Sidi Moussa, tout en expliquant qu’il faut ménager les choses avec lui, pour pouvoir le récupérer dans les meilleures conditions. Répondant à une question sur les joueurs qui ne sont pas convoqués, à l’exemple de Belaïli, Brahimi et Sayoud, il demandera à le comparer aux éléments qui sont déjà en sélection. «Il faut avoir le courage de le dire. Peut-on par exemple enlever Gouiri et Amoura pour le remplacer par Belaïli ou Brahimi, ou peut-on compter sur Sayoud et donc éliminer Chaïbi et
Aouar ?», s’est-il interrogé. Revenant sur le cas de Mbolhi, il dira que ce dernier vient juste de reprendre la compétition, tout comme Belaïli, et qu’il faudra le laisser travailler et gagner en compétition pour voir si l’on peut compter sur lui. Au sujet de Yacine Adli, l’attaquant du Milan AC, Belmadi rappellera qu’il a eu déjà à parler avec lui bien avant, et que maintenant la balle est dans son camp. «Dès qu’il aura donné sa réponse et si elle s’avère positive, il y aura toute une machine qui s’ébranlera pour lui faire changer de nationalité sportive et l’aider à s’intégrer», a-t-il indiqué. Pour ce qui est du milieu de terrain Ismaïl Bennacer, il dira que sa blessure est quelque peu compliquée et qu’il faudra le laisser travailler et se prendre en charge pour le récupérer dans de meilleures conditions. Sur la question de l’effectif qui sera arrêté avant la CAN qui aura lieu au mois de janvier en Côte d’Ivoire, le coach des Verts a souligné que le dernier stage a été pour lui l’occasion d’évaluer l’effectif et qu’il a sa propre idée du groupe sur lequel il devrait compter. «J’ai en tête la composante à un ou deux éléments près et je devrais trancher la question dans les prochains jours», a-t-il relevé. Abordant la question des deux matchs comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2016 que l’EN jouera face à la Somalie et au Mozambique, respectivement les 16 et 19 novembre, il indiquera qu’il faut les prendre au sérieux tout en sachant comment les préparer, d’autant plus qu’ils viennent sur une période courte. «Je suis surpris, par exemple, sur la programmation du deuxième match face au Mozambique qui vient après trois jours seulement du premier match. Je ne m’attendais nullement à cela, car cela nous donne une courte durée pour la récupération», a affirmé le coach des Verts qui dira falloir ménager certains joueurs pour bien aborder les deux rencontres. Pour ce qui est du match face à la Somalie, un adversaire loin du niveau de l’EN, il avouera que c’est un adversaire présumé faible certes, mais qu’il faudra prendre au sérieux, surtout qu’il s’agit de qualification au Mondial, ce qui reste un rêve pour tout le monde. Il se dira désolé du fait que l’EN ne pourra pas utiliser le stade Nelson- Mandela de Baraki pour s’entraîner et s’y préparer. «Toute sélection a une adresse et un stade sur lesquels elle a la priorité sauf notre EN qui n’aura pas le droit de s’y entraîner ni mardi, ni la veille du match, c’est-à-dire le mercredi. Comment voulez-vous qu’on ait nos repères dans ce cas-là sur ce stade ?», s’est-il interrogé.
M. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img