25.9 C
Alger
mardi 3 août 2021

Condamnations

Alors que l’Union européenne a déboursé 14 milliards il y a quelques semaines pour financer les candidatures d’adhésion de plusieurs pays, dont la Turquie, le pays d’Atatürk, sous la présidence de Recep Tayyip Erdogan, continue de prouver son éloignement des préceptes chéris par Buxelles. En effet, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a prononcé hier deux condamnations contre la Turquie pour des violations de la liberté d’expression, à l’encontre d’une employée de service public et d’un étudiant qui avaient exprimé leur opposition envers les autorités. Le premier cas concerne une employée contractuelle du ministère de l’Éducation nationale turc qui avait apposé la mention «J’aime» sur Facebook sur certains contenus, critiquant notamment les pratiques répressives dont sont accusées les autorités, ou encourageant à manifester contre ces pratiques. L’employée avait été licenciée sans indemnisation, les autorités turques estimant que ces mentions pouvaient «perturber la paix et la tranquillité du lieu de travail». Elle avait ensuite été déboutée en justice, alors qu’elle demandait sa réintégration. À
l’unanimité, les sept juges de la CEDH ont estimé que cette employée avait été licenciée en violation du droit à la liberté d’expression, garanti par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme. «L’article 10 ne laisse guère de place pour des restrictions à la liberté d’expression dans deux domaines : celui du discours politique et celui des questions d’intérêt général», soulignent les magistrats dans leur décision. Ils notent que les motifs du licenciement «ne peuvent être considérés comme pertinents et suffisants». La Turquie a par conséquent été condamnée à verser 2 000 euros à l’ex-employée pour «dommage moral». Le deuxième dossier concerne un étudiant, condamné au pénal après avoir prononcé en 2012 un discours de soutien à des étudiants placés en garde à vue pour s’être opposés à la venue de Recep Tayyip Erdogan, alors Premier ministre, sur un campus universitaire. La CEDH reconnaît que les propos de l’étudiant contenaient «une certaine défiance et une dose d’hostilité» à l’égard d’Erdogan, mais souligne que «les limites de la critique admissible sont plus larges à l’égard d’un homme politique, visé en cette qualité, que d’un simple particulier». Elle estime qu’il n’y a «pas de rapport de proportionnalité raisonnable» entre la condamnation de l’étudiant et «le but légitime de la protection de la réputation de la personne concernée». À l’unanimité, les sept juges ont donc condamné la Turquie pour atteinte à la liberté d’expression, et lui ont ordonné de verser 2 000 euros à l’étudiant pour «dommage moral», et 2 000 euros pour frais et dépens. Et si les indemnisations semblent somme toutes assez ridicules, il n’en reste pas moins que ces énièmes condamnations ne font que démontrer une fois de plus que la Turquie sous le règne d’Erdogan n’est pas en mesure d’intégrer l’UE, surtout que plutôt que d’aller en s’améliorant, la mise en pratique des droits de l’Homme dans le pays ne fait que reculer.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img