30.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Concert de musique symphonique à la salle Atlas: L’Orchestre des jeunes d’Algérie enchante le public

Une effervescence inhabituelle, créée par un public nombreux d’enfants accompagnés de leurs parents, a marqué la salle Atlas, à Alger, lors d’une soirée musicale animée samedi par l’Orchestre des jeunes d’Algérie (OJA). Dirigé par le maestro Salim Dada, soutenu par la Chorale polyphonique «Icosium» sous la direction de Mohamed Mehanek, cette formation musicale a réussi à créer une ambiance festive.

Par Abla Selles

En effet, deux concerts, un pédagogique destiné à l’éducation musicale des enfants et leur initiation à la musique classique universelle et l’autre pour adultes, ont été animés par l’OJA, marquant ainsi la clôture de la troisième session nationale du stage musical programmé du 17 au 25 décembre, au village des artistes à Zeralda, ainsi qu’à Médéa et à Alger.
La cinquantaine de musiciens représentant une partie de l’OJA, ainsi que la quarantaine de choristes d’Icosium, ont exécuté un programme consistant, à travers lequel les enfants ont eu, durant plus d’une heure, l’opportunité de s’initier à la musique symphonique et découvrir la structure d’un orchestre de musique classique. Les atmosphères solennelles propres à la musique classique n’ont pas fait la priorité de Salim Dada, devenu, le temps d’une prestation, enseignant et pédagogue, expliquant aux enfants les rudiments de la musique symphonique, en s’attardant sur la présentation des familles d’instruments classées par pupitres et l’identification de leurs différentes sonorités.
Interagissant avec le maestro, le public de chérubins s’est évertué à battre avec les mains, la mesure de la pièce «Africana» (ou Hymne des travailleurs africains), composée en 2018 par Salim Dada sur un texte de Azeddine Mihoubi.
Un programme pour deux concerts, contenant une dizaine de pièces, a permis au public de prendre part à un voyage onirique, revisitant le génie créatif de compositeurs célèbres, à travers la virtuosité des instrumentistes, dont les solistes Nazim Ait Yahia, Anis El Amine, Nadine Oussaad (au violon) et Abdelkader Mokhtari et Maher Kassama (au piano).
Les pièces «Palladio» de Karl Jenkins, «Concerto en Do mineur» d’Antonio Vivaldi, «Danse macabre» de Camille de Saint Saens, «Pavane» de Gabriel Fauré et «Africana», ont figuré au programme commun des deux concerts, empreint de richesse et de variété des époques, allant du baroque au contemporain, passant par le classique.
Compositeur, musicien, musicologue et chef d’orchestre, Salim Dada a fondé, en 2018, l’Orchestre des Jeunes d’Algérie (OJA) avec l’ambition de réunir une fois par an plusieurs dizaines de nouveaux musiciens de 15 à 35 ans de toute l’Algérie, afin de les proposer à un stage musical symphonique intense qui sera suivi de plusieurs concerts donnés dans des conditions professionnelles.
Le programme musical inclut des œuvres chambristes et symphoniques allant du baroque jusqu’au XXe siècle, en passant par le classique, le romantisme, le jazz, les musiques de films ainsi que des œuvres contemporaines de jeunes compositeurs algériens.

A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img