18.9 C
Alger
mercredi 28 septembre 2022

Commerce : L’Algérie se dirige vers l’accession à l’OMC

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé, jeudi, que l’Algérie allait de l’avant vers l’accession à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) selon des démarches «bien étudiées», soulignant que cette instance offrait de meilleures opportunités pour la relance de l’économie nationale, a indiqué un communiqué du ministère.

Par Farid M.

La déclaration du ministre est intervenue lors de sa participation aux travaux de la réunion des ministres de l’Union africaine (UA) chargés du commerce avec l’OMC, tenue par visioconférence, laquelle a évoqué les préparatifs de la 12e réunion ministérielle virtuelle de l’OMC, prévue du 30 novembre au 3 décembre 2021 à Genève, a précisé le communiqué.
M. Rezig a souligné, à cette occasion, «la poursuite par l’Algérie de ses efforts visant à aller de l’avant vers l’accession à l’OMC, suivant des démarches bien étudiées, au regard des opportunités offertes par cette instance, en vue de la relance de l’économie nationale à travers l’initiation d’une série de réformes profondes à même de promouvoir le commerce extérieur et l’intégration dans la chaîne de valeurs régionale et mondiale». Le ministre a en outre cité, entre autres réformes, la révision de la rège 49-51 régissant l’investissement étranger en Algérie, maintenue pour certains secteurs stratégiques, et «ses répercussions positives sur l’attractivité des investissements directs étrangers (IDE) et l’augmentation du volume des échanges commerciaux».

Signature d’une convention entre la Caci et l’Anca
Une convention a été signée, jeudi à Alger, entre la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (Caci) et l’Association nationale des commerçants et artisans (Anca) pour le renforcement de la coopération dans les domaines économique et commercial.
Dans une allocution prononcée lors de la cérémonie de signature, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a fait savoir que cette convention permettra d’assurer un encadrement des commerçants et des artisans affiliés à l’Anca et de bénéficier de toutes les activités offertes par la Caci. Cette convention permettra, en outre, de «créer une dynamique entre les jeunes entrepreneurs à même de développer les activités commerciales, en sus du renforcement des liens de coopération, d’échange et de contact entre les industriels, les commerçants et les artisans dans plusieurs domaines, dans le souci de hausser le niveau de production et d’atteindre des niveaux de concurrence», a poursuivi le ministre. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des réformes devant être réalisées par le ministère du Commerce au niveau de la Caci, à travers la révision des textes juridiques pertinents pour l’élargissement de ses prérogatives et la redynamisation de son rendement. Pour sa part, la directrice générale de la Caci, Ouahiba Bahloul, a soutenu que la Caci œuvre, à travers cette convention, à l’accompagnement et la formation des commerçants et des artisans via des sessions spécialisées, tout en leur offrant l’opportunité de collaborer avec les différents opérateurs au niveau national. De son côté, le président de l’Anca, Hadj Tahar Boulenouar, a salué cette initiative permettant la coordination entre les deux parties en vue d’un échange d’informations et de l’organisation de sessions de formation.
F. M.

Article récent

Le 28 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img